Enquêtes

Démantèlement d’un trafic international de stupéfiants à Toulouse

Auteur : Maud Protat-Koffler - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Gendarmerie nationale
© Tous droits réservés

Après un an d’enquête, en coordination avec la guardia civil, les gendarmes de la section de recherches de Toulouse ont démantelé un important réseau de trafic international de stupéfiants, spécialisé dans l’importation et la vente de têtes d’herbe et de résine de cannabis.

Placée sous la direction de la Section de recherches (S.R.) et l’autorité du juge d’instruction du TGI de Toulouse, l’enquête a débuté il y a un an, avec la découverte d’une équipe de trafiquants de résine et d’herbe de cannabis, issus des quartiers sensibles de Toulouse.

Le réseau se fournissait à Barcelone et alimentait certaines communes situées au nord de la ville, comme Blagnac ou Coulommiers. Durant plusieurs mois, les trafiquants s’y rendaient eux-mêmes, avant de faire appel, en décembre dernier, à des convoyeurs provenant d’Espagne, spécialisés dans le transport de drogue à travers l’Europe.

Une mobilisation d’ampleur

Pour mettre un terme à cette importation diligentée par des Toulousains très organisés, la S.R. de Toulouse a conduit, en coordination avec la guardia civil de Barcelone, une vaste opération judiciaire en France et en Espagne, mobilisant 80 militaires de la S.R. et du groupe observation surveillance de Toulouse, des groupements de gendarmerie départementale de Haute-Garonne et des Pyrénées-Orientales et du GIGN, ainsi qu’une vingtaine d’enquêteurs espagnols.

Une semaine de traque

Le 8 avril dernier, les gendarmes décèlent l’organisation d’un covoiturage depuis l’Espagne. Le convoi de deux véhicules est intercepté dans la nuit du 9 au 10 avril, sur l’autoroute A9. Trois convoyeurs roumains sont interpellés et placés en garde à vue. 170 kg de têtes d’herbe et 31 kg de résine de cannabis sont découverts à bord du camion.

© Gendarmerie nationale

© Tous droits réservés

Le 10 avril, sept trafiquants présumés du réseau toulousain sont simultanément interpellés à leurs domiciles par les enquêteurs, avec l’appui de l’antenne GIGN de Toulouse et du groupement de gendarmerie de Haute-Garonne.

Deux jours plus tard, en présence d’enquêteurs français, et agissant dans le cadre d’une demande d’enquête européenne délivrée par le magistrat instructeur toulousain, les militaires de la guardia civil de Barcelone perquisitionnent les domiciles et la société de transport appartenant aux mis en cause roumains interpellés en France.

10 interpellations, 202 kg d’herbe et de résine, 16 500 euros en numéraire

Au total, dix individus ont été interpellés et placés en garde à vue, dont sept trafiquants toulousains. Neuf d’entre eux ont été présentés devant le magistrat instructeur les 12 et 13 avril. Ils ont été mis en examen pour importation de stupéfiants, transport, offre ou cession, acquisition de stupéfiants, association de malfaiteurs en vue de la participation à un délit puni de 10 ans d’emprisonnement, et placés en détention provisoire.

Les perquisitions ont permis de saisir 202 kg d’herbe et de résine de cannabis, 16 500 euros en numéraire et quatre véhicules. Plusieurs armes ont été découvertes, dont un fusil d’assaut de calibre 5.56, démontrant l'ampleur du trafic autant que la dangerosité de ses acteurs présumés.

Les investigations se poursuivent afin de démanteler l’intégralité de ce réseau de trafic international de stupéfiants.