Enquêtes

Drôme : une véritable « petite entreprise » de stupéfiants démantelée

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Près de 50 000 euros en espèces ont été saisis dans le cadre des perquisitions liées à ce trafic de stupéfiants.
© D.R.

Afin de mettre un terme à un important trafic de stupéfiants sévissant dans la Drôme et mêlant cocaïne et héroïne, une opération d’envergure a été menée le 17 décembre par 80 gendarmes, aboutissant à sept interpellations.

Des centrales d’appels et de livraison, 200 clients environ, une véritable « petite entreprise » de drogue siégeait dans la Drôme, d’après les gendarmes locaux et le parquet de Valence.

Au printemps dernier, les gendarmes de Chabeuil (26) remarquent des allées et venues régulières près de la ligne TGV Paris-Marseille traversant la petite commune de moins de 7 000 habitants.

Des services de surveillance sont mis en place et mettent rapidement en exergue un réseau d’ampleur alimentant des consommateurs et des revendeurs dans la Drôme mais aussi en Ardèche, en Isère, dans le Rhône et en Provence Alpes Côte d’Azur.

Une information judiciaire est ouverte au parquet de Valence. L'enquête est diligentée par la Brigade de recherches (B.R.) de Crest, appuyée par le Groupe d’appui et d'action anti-délinquance (G3AD) et la Cellule départementale d’observation et de surveillance (CDOS) du groupement de gendarmerie départementale de la Drôme.

Après plusieurs mois d’investigations, une opération d’envergure est menée mi-décembre, réunissant 80 gendarmes et permettant d’interpeller sept suspects dans trois communes différentes du département : Valence, Bourg-de-Péage et Montélier.

Les perquisitions effectuées aux différents domiciles aboutissent à de nombreuses saisies :

1,5 kg de cocaïne et d’héroïne, du matériel de conditionnement, un pistolet automatique avec des munitions et environ 50 000 euros en espèces, laissant présager l’important chiffre d’affaires de cette « petite entreprise ».

En effet, celui-ci est estimé par le parquet à 500 000 euros en huit mois, expliquant le train de vie confortable des individus interpellés. Trois véhicules, dont deux de luxe, et 45 000 euros sur un compte bancaire ont également été saisis, représentant un patrimoine total de 133 000 euros.

À l’issue des gardes à vue des sept individus, quatre d’entre eux ont été mis en examen. Les deux têtes du réseau ont été incarcérées, tandis que deux autres personnes, suspectées pour l’une de revendre et pour l’autre de blanchir de l’argent, ont été placées sous contrôle judiciaire.