Enquêtes

Nord : interpellation de malfaiteurs spécialisés dans les cambriolages d’entrepôts en bande organisée

Auteur : Morgane Jardillier avec la participation de la maréchal des logis-chef Émilie Nevejans - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© D.R.
© Tous droits réservés

Six personnes, suspectées d'avoir dévalisé plusieurs entrepôts industriels en France et en Belgique, ont été interpellées, dans la nuit du 14 au 15 février, dans le Nord, grâce à une coopération fructueuse entre la gendarmerie et la police nationales.

Dans le cadre d’investigations menées sur commission rogatoire d’un juge de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Lille, les gendarmes de la section de recherches de Lille, les policiers de la direction régionale de la police judiciaire de Lille et les personnels du Groupe d’intervention régional du Nord-Pas-de-Calais ont procédé, le 15 février dernier, au démantèlement d’une équipe de malfaiteurs spécialisée dans la commission de vols d’envergure dans des entrepôts industriels.

Les investigations débutent en février 2018, alors qu’une série de vols de grande ampleur commis dans des entrepôts industriels, tant en France qu’en Belgique, est enregistrée par les forces de sécurité intérieure, infligeant à chaque fois un très lourd préjudice aux sociétés victimes, avoisinant au total près de 1 800 000 euros.

Camion qui roule n’amasse pas mousse

Dans la nuit du 14 au 15 février, un semi-remorque ayant servi à subtiliser des marchandises dans un entrepôt Heineken, situé dans la zone industrielle de Wasquehal (59), dans la métropole lilloise, est intercepté sur l’autoroute A22 par les militaires du groupe d'observation et de surveillance de Lille et les personnels de la brigade de recherches et d’intervention de Lille. Vingt-six palettes de bière provenant de l’entrepôt, pour une valeur estimée à près de 75 000 euros sont notamment retrouvées.

Cette opération permet d’arrêter six individus, âgés de 45 à 58 ans, pour la plupart déjà connus très défavorablement pour des faits de vols ou de recels. Une somme de 15 000 euros est également saisie lors des perquisitions et sur des comptes bancaires.

Présentés devant le magistrat instructeur, les mis en cause se sont vu notifier leur mise en examen. Cinq d'entre eux ont été placés sous mandat de dépôt. Le sixième fait l'objet d'un contrôle judiciaire.