Enquêtes

Opération MISMED : les pays européens poursuivent la lutte contre les trafics de médicaments détournés d’usage

Auteur : le commandant Céline Morin et l'OCLAESP - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Le deuxième volet de l'action opérationnelle MISMED s’est conclu les 25 et 26 février derniers, lors d’un séminaire sur les médicaments détournés d'usage à des fins psychotropes, récréatives et dopantes, organisé au quartier général d’Europol, à La Haye (Pays-Bas), par l’OCLAESP.
© @ OCLAESP

Pour la deuxième année consécutive, plusieurs pays européens ont conduit l’an dernier, pendant plusieurs mois, sous l’impulsion de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique, une opération visant à démanteler les réseaux criminels impliqués dans des trafics de médicaments à des fins psychotropes, festives ou dopantes. Face à l'ampleur de ce phénomène, et au regard des bons résultats obtenus, l'office français et ses partenaires ont reçu le soutien d’Europol pour poursuivre l’opération MISMED en 2019.

Depuis plusieurs années, l’Europe fait face à une augmentation importante des trafics de médicaments détournés de leur usage pour être consommés à des fins psychotropes, festives ou dopantes. Cette délinquance est orchestrée par des réseaux criminels organisés, attirés par cette nouvelle manne financière. Ces trafics génèrent en effet des revenus supérieurs à ceux produits par les trafics de stupéfiants, alors que les sanctions pénales encourues sont plus faibles.

Sous l’impulsion de la gendarmerie nationale, à travers l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP), et avec le concours de la douane, la France pilote, depuis 2017, une opération européenne baptisée MISMED, pour Misused MEDecine, visant à démanteler ces réseaux criminels.

24 groupes criminels démantelés en 2018

L’an dernier, d’avril à octobre, dix-sept pays, dont deux États tiers d’Europe de l’Est, ont ainsi pris part à la deuxième édition de cette opération menée par l'OCLAESP et les douanes finlandaises, avec le concours d'Europol.

L'action coordonnée des différents acteurs a permis l'ouverture de 43 enquêtes judiciaires transnationales d’ampleur, permettant l'identification et l’arrestation de 435 suspects et le démantèlement de 24 groupes criminels organisés.

Près de 13 millions de médicaments, 1,8 tonne de comprimés, 550 litres de produits divers et 10 000 ampoules, pour une valeur marchande totale estimée à plus de 168 M€, ont été saisis, ainsi que 3,25 millions d’euros d'avoirs criminels.

Action reconduite en 2019

Le deuxième volet de l'action opérationnelle MISMED s’est conclu les 25 et 26 février derniers, lors d’un séminaire sur les médicaments détournés d'usage à des fins psychotropes, récréatives et dopantes, organisé au quartier général d’Europol, à La Haye (Pays-Bas), par l’OCLAESP, en présence des représentants de dix-huit pays européens et d’outre-Atlantique, d'Europol, d’Eurojust, de l’Office de l’Union Européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) et de l’Institut de sécurité pharmaceutique (PSI).