Enquêtes

Plus de 400 armes saisies sur l’ensemble du territoire

Auteur : la rédaction - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© S.R. d'Angers
© Tous droits réservés

Une vaste opération judiciaire visant à poursuivre le démantèlement d'un important réseau de receleurs et de trafiquants d’armes a été conduite par la section de recherches d’Angers, entre les 8 et 10 octobre. Mobilisant quelque 350 gendarmes sur l’ensemble du territoire, elle a permis d’entendre une centaine d’individus et de saisir plus de 400 armes d’épaule et de poing.

Entre le 8 et le 10 octobre dernier, une opération judiciaire a été conduite par la Section de recherches (S.R.) d’Angers (49), dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Rennes, visant un trafic d’armes national et international.

Cette nouvelle opération fait suite à l’interpellation, en février 2019, de quatre trafiquants qui importaient des armes depuis les États-Unis et la Serbie, et à la découverte d’un atelier de remilitarisation d’armes implanté en Seine-et-Marne (77).

Démantèlement d’un vaste réseau international de trafic d'armes en provenance des États-Unis

Avec le concours des groupements de gendarmerie du Loiret, de la Nièvre, de la Savoie, de Seine-et-Marne et de l'antenne GIGN de Dijon, les enquêteurs..

Lire la suite...

Lors de cette nouvelle phase, plus d’une centaine de perquisitions ont été conduites dans une cinquantaine de départements métropolitains, mobilisant quelque 350 gendarmes d’unités de recherches et territoriales, avec l’appui d’équipes cynophiles ainsi que de spécialistes de l’Institut de recherche criminelle (IRCGN) et du Service central de renseignement criminel (SCRC) de la gendarmerie nationale.

Une centaine d’individus ont été entendus en qualité de mis en cause et un peu plus de 400 armes d’épaule, dont 20 fusils d’assaut, et de poing (plus de 200), détenues illégalement, ont été saisies.

Ce coup de filet permet aux enquêteurs de poursuivre le démantèlement d'un important réseau de receleurs et de trafiquants alimentant le commerce illégal d’armes à feu sur le territoire national.