Enquêtes

Région PACA : cinq interpellations après des vols de véhicules et des cambriolages en série

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
Photo d'illustration
© GENDARMERIE/SIRPA/GND F.GARCIA

Faisant face depuis plusieurs mois à de multiples vols de véhicules et cambriolages perpétrés dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse, les enquêteurs de la Section de recherches (S.R.) de Nîmes et des groupements de gendarmerie concernés ont réussi à identifier une équipe de malfaiteurs. Cinq individus ont été interpellés le 18 décembre.

Cela faisait plus de six mois que les départements du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône étaient victimes de multiples atteintes aux biens. En effet, depuis le mois de juin, de nombreux vols de véhicules étaient constatés dans la région, servant ensuite à une équipe de malfaiteurs pour commettre des cambriolages dans les mêmes départements ainsi que dans le Gard et en Ardèche.

Face à ces nombreux périples, un groupe d’enquête interrégional est formé en octobre dernier, regroupant des enquêteurs de la S.R. de Nîmes ainsi que des différents groupements de gendarmerie concernés.

Les investigations permettent de remonter vers un groupe d’individus localisés à Le Puy-Sainte-Réparade. Leur chef s’avère être un fugitif connu pour se déplacer toujours armé.

Pour mettre un coup d’arrêt aux agissements de cette équipe de malfaiteurs chevronnés, d’importants moyens de surveillance sont mis en place. Il s’agit notamment de comprendre leur mode d’action, localiser leurs points de chute, identifier leurs itinéraires habituels ainsi que leur receleur.

Le 18 décembre dernier, une opération judiciaire d’envergure est menée simultanément par 75 gendarmes à Le Puy-Sainte-Réparade et à Pertuis.

Cinq individus sont interpellés dont le leader de l’équipe et le receleur.

Lors des perquisitions, des bijoux ainsi qu’un fusil sont découverts et deux véhicules sont saisis au titre des avoirs criminels.

Les investigations se poursuivent mais d’ores et déjà 56 cambriolages de résidences principales s’avèrent imputables à ces malfaiteurs.