Enquêtes

Vols de GPS agricoles : coup d’arrêt pour un groupe criminel international lituanien

Auteur : le capitaine Éric Costa - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
Image d'illustration.
© SIRPAG © GND F. Garcia

Les investigations menées depuis plus de deux ans par l’OCLDI, appuyé par la section de recherches d’Amiens et par les enquêteurs des groupements de gendarmerie départementale de la Somme et de l’Aisne, ont permis de mettre au jour un réseau criminel international lituanien qui dérobait des GPS agricoles sur l’ensemble du territoire national.

En décembre 2016, une fiche de diffusion du Groupement de gendarmerie départementale (GGD) de l’Aisne attire l’attention de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) sur une recrudescence des vols de consoles GPS agricoles.

Une ampleur internationale

En mars 2018, un groupe de travail, composé d’enquêteurs de la région de gendarmerie de Picardie, notamment des GGD de la Somme et de l’Aisne, ainsi que de l’OCLDI, est constitué sous la direction de la Section de recherches (S.R.) d’Amiens. Le phénomène s’amplifiant, un juge d’instruction est saisi après clôture des investigations initialement conduites dans le cadre d’une enquête préliminaire.

Lors d’un vol de dispositif GPS sur un engin agricole, deux ressortissants lituaniens sont interpellés par le peloton de surveillance et d’intervention de gendarmerie d’Hirson (02). Les investigations de l’OCLDI s’orientent alors vers un groupe criminel lituanien, particulièrement mobile, qui effectue des raids de très courte durée sur le territoire national et dont la zone de prédation s’étend à plusieurs pays européens.

Poursuite des investigations en Lituanie

En septembre 2019, après plusieurs mois d’enquête, six personnes d’origine lituanienne sont interpellées. Quatre sont arrêtées sur le territoire national et placées en détention provisoire. Les deux autres, appréhendées à l’étranger, sont, à ce jour, en attente de leur extradition vers la France. Ces mis en cause sont susceptibles d’avoir participé à une centaine de vols de GPS agricoles, à des vols de tracteurs, d’analyseurs de grains et de produits phytosanitaires, pour un préjudice avoisinant 2,5 millions d’euros.