Enquêtes

Vols de bijoux : démantèlement d’un réseau de cambrioleurs sévissant en Nouvelle Aquitaine et en Occitanie et d’une filière de recel

Auteur : la rédaction - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
D.R.
© Tous droits réservés

Les enquêteurs de la section de recherches de Toulouse et de l’office central de lutte contre la délinquance itinérante, appuyés par les gendarmes du groupement de gendarmerie départementale des Pyrénées- Atlantiques, ont interpellé, le 19 novembre, dix malfaiteurs soupçonnés d’avoir participé à un réseau d’écoulement de bijoux volés.

Dix malfaiteurs russes, belges et français, soupçonnés d'avoir participé à un réseau d’écoulement de bijoux, volés à l’occasion de cambriolages d’habitation commis en Nouvelle Aquitaine et en Occitanie, ont été interpellés le 19 novembre dernier, en France et en Belgique, par les enquêteurs de la Section de recherches (S.R.) de Toulouse et de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI), appuyés par les gendarmes du groupement de gendarmerie départementale des Pyrénées-Atlantiques.

Une première opération judiciaire en mai 2019

En mai 2019, une première opération judiciaire avait permis d’interpeller une équipe de cinq ressortissants albanais soupçonnés d’avoir commis plus de 80 cambriolages d’habitation en Nouvelle Aquitaine et en Occitanie.

Cette première phase, initiée par les militaires de la brigade de recherches de Lescar (64), avec l’appui des enquêteurs de la S.R. de Toulouse et de l’OCLDI, avait conduit à l’identification d’une équipe de voleurs albanais en lien avec un bijoutier receleur, originaire de Russie, implanté à Montauban (82).

L’enquête s’est alors poursuivie sur commission rogatoire d’un juge d’instruction du Tribunal de grande instance (TGI) de Pau (64), pour vols et recels commis en bande organisée, blanchiment aggravé et non justification de ressources.

Les enquêteurs de la cellule d’enquête nationale « OCLDI Alba 64-82 » sont ainsi parvenus à préciser le rôle de ce bijoutier en tant que collecteur de bijoux volés par différents membres des communautés géorgienne, slovaque, roumaine, albanaise et gens du voyage implantés dans le Sud Ouest de la France.

Ils ont également identifié un bijoutier belge en lien avec celui de Montauban et matérialisé plus de 33 voyages entre la France et la Belgique, qui auraient permis d’écouler plus de 330 000 euros de bijoux volés.

Novembre 2019 : nouvelle opération judiciaire dans le Sud Ouest, en Île-de-France et en Belgique

En accord avec le magistrat mandant du TGI de Pau et les autorités judiciaire et policière belges, une opération de police judiciaire, mobilisant 110 militaires, a été conduite mardi 19 novembre, dans plusieurs départements du Sud Ouest, en Île-de-France et en Belgique.

Les perquisitions ont permis la découverte et la saisie d’un lingot d’argent (d’une valeur de 7 500 €), de 15 pièces en or, de plus de 300 bijoux, de 14 360 € en numéraire, d’une Mini Cooper (d’une valeur de 7 400 €) et de 26 665 € sur des comptes bancaires.

À l’issue de leur présentation devant le magistrat palois, cinq mis en cause ont été incarcérés.