Enquêtes

Coup de filet dans le milieu du grand banditisme lyonnais

Auteur : la commandante Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© SR Lyon

Au terme de près d’un an d’enquête, portant sur un réseau criminel s’adonnant notamment à du trafic d’armes, la section de recherches de Lyon, appuyée par le GIGN, les groupements du Rhône et de la Drôme, le pôle judiciaire de la gendarmerie nationale et le groupe d'observation surveillance de Lyon, ont interpellé cinq individus et procédé à de nombreuses saisies d’armes, de gilets pare-balles et de numéraire.

Dans la nuit du 21 au 22 janvier, les enquêteurs de la Section de recherches (S.R.) de Lyon, appuyés par des militaires des groupements de gendarmerie départementale du Rhône et de la Drôme, du Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale de Pontoise et du Groupe d'observation surveillance (GOS) de Lyon, soit une soixantaine de gendarmes, ont déclenché une opération judiciaire d'envergure dans le cadre d’une enquête pour « association de malfaiteurs en vue de commettre un crime ou un délit » et « trafic d'armes ».

Au terme d'une enquête commencée presque qu'un an auparavant, cinq personnes, dont certaines proches du milieu du grand banditisme lyonnais ont été interpellées à Lyon (69) et à Pierrelatte (26) par une quarantaine de personnels du GIGN, impliqué depuis plusieurs mois auprès de la S.R. de Lyon et du GOS 69 dans le cadre de ces investigations.

Les perquisitions, conduites dans les différents domiciles et dans des box détenus par les mis en cause, ont permis aux enquêteurs de saisir deux fusils à pompe, trois armes de poing, environ 2 000 cartouches (de calibre 12, 9 mm et 7,62 mm), 20 gilets pare-balles (dont certains siglés « Police »), plus de 80 000 euros en numéraire ainsi que deux véhicules volés.

À l'issue des gardes à vue, deux des cinq interpellés ont été remis en liberté et trois ont été présentés au juge d'instruction en charge du dossier. Le juge des libertés et de la détention en a placé deux en détention provisoire et un sous contrôle judiciaire.

La complémentarité des unités de police judiciaire, des unités territoriales et des services spécialisées de la gendarmerie a permis de mettre hors d'état de nuire une équipe de malfaiteurs dédiée à la grande délinquance organisée.