Enquêtes

Annecy : démantèlement d’un trafic d’héroïne et de cocaïne

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© D.R.

Après un simple contrôle opéré par la police municipale d’Annecy (74), les gendarmes de la compagnie locale ont arrêté trois individus à l’origine d’un trafic de drogue sévissant localement. Ces derniers conditionnaient les doses de cocaïne et d’héroïne dans une habitation d’Annecy-le-Vieux.

De prime abord l’agglomération d’Annecy est surtout connue pour son lac, ses canaux et sa belle architecture médiévale. Qui aurait alors pu croire qu’au sein d’un logement situé non loin de la « Venise des Alpes », se cachait un petit atelier servant à conditionner de la drogue ?

D’un banal contrôle de la police municipale…

Tout commence le 20 mai dernier, dans le cadre d’un contrôle de routine effectué par la police municipale d’Annecy. Alors que les agents patrouillent en VTT dans le parc Dassault, à Meythet, ils assistent à une transaction de stupéfiants au niveau du Bois des Îles. Les policiers interpellent aussitôt le vendeur et son client. Le premier, un Kosovar âgé de 25 ans, est en possession d’une boîte de biscuits apéritifs contenant tout sauf des chips pour un pique-nique !

© D.R.

Les agents trouvent en effet, dissimulés dans le carton, un couteau, 140 grammes de cocaïne, plusieurs sachets d’héroïne pour un total de 25 grammes et 670 euros en liquide. Comme le veut la procédure, qui favorise la coopération des services, la police municipale remet le dealer à la gendarmerie, qui le place aussitôt en garde à vue. Le 24 mai, l’homme est présenté au tribunal d’Annecy dans le cadre d’une comparution immédiate. Il est condamné à 10 mois d’emprisonnement. Le consommateur, âgé de 57 ans, fait, pour sa part, l’objet d’une composition pénale. Mais l’histoire ne s’arrête pas là !

… À la découverte d’un atelier de conditionnement

L’affaire a éveillé les soupçons des gendarmes de la communauté de brigades d’Annecy-Meythet, qui souhaitent remonter le fil de ce qui semble être un réseau. En poursuivant leurs investigations, ils aboutissent à un logement d’Annecy-le-Vieux qui, d’après leur enquête, abriterait les produits stupéfiants. Le 28 mai dernier, les enquêteurs se rendent à l’adresse en question, appuyés par la Brigade de recherches (B.R.) d’Annecy et l’équipe cynophile de Bonneville.

Sur place, ils surprennent deux individus s’affairant à la confection de sachets de stupéfiants, accompagnés d’un consommateur. Quarante grammes de cocaïne et trente d’héroïne sont saisis dans l’habitation. Mais les enquêteurs ne sont pas au bout de leurs surprises. Toujours dans le cadre de la perquisition, ils découvrent un petit laboratoire artisanal au beau milieu du garage ! L’attirail de l’apprenti chimiste y est présent : 500 grammes de cocaïne, plusieurs kilos de produits pour couper la drogue, mais aussi des dizaines de flacons vides retrouvés grâce au flair du chien.

« Une belle synergie opérationnelle »

À l’issue des gardes à vue, les deux trafiquants sont présentés au tribunal le 31 mai dernier. Ces Albanais, âgés de 33 et 50 ans, font l’objet d’un placement en détention provisoire en attente du jugement. Le 4 juin dernier, ils sont finalement condamnés à des peines allant de 20 mois à 3 ans d'emprisonnement. Le consommateur de 36 ans, qui occupait également le logement, est quant à lui remis en liberté. Il sera convoqué ultérieurement.

« Ce fait divers illustre une belle synergie opérationnelle entre services de la police municipale, de la compagnie de gendarmerie nationale d’Annecy et des moyens d’investigations cynophiles déployés, se concluant par le démantèlement rapide d’un réseau local de vente de produits stupéfiants », a souligné le chef d’escadron Maxime Chevallard, commandant la compagnie de gendarmerie d’Annecy, interrogé par L’Essor Savoyard.