Enquêtes

#AntiStup : 42 kg d’héroïne et 4 kg de cocaïne saisis en Moselle

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© S.R. de Metz

Le 12 décembre dernier, au terme d'une enquête conduite à la suite de l'infiltration de la messagerie chiffrée EncroChat, la section de recherches de Metz et la brigade de recherches de Thionville ont interpellé un important trafiquant international de stupéfiants. Lors de la perquisition de son domicile, à Hayange, les gendarmes ont réalisé une saisie exceptionnelle de 42 kg d’héroïne et 4 kg de cocaïne.

 

Au début de l'été dernier, sous la direction de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Lille, les gendarmes du Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N), du Service central de renseignement criminel (SCRC) et de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale, sont parvenus à infiltrer et à déchiffrer le réseau de communication EncroChat, utilisé par le crime organisé. Les enquêteurs ont ainsi eu accès aux conversations non chiffrées et en temps réel d’environ 60 000 utilisateurs, soit près de 130 millions de messages et images.

Partagés via Europol, les renseignements obtenus ont déjà permis plus de 1 000 arrestations, majoritairement en Europe, ainsi que d'importantes saisies. En France, où le nombre d’utilisateurs d’EncroChat était beaucoup plus faible que dans d’autres pays, ils ont également déjà donné lieu à plusieurs coups de filet dans le milieu des trafiquants de stupéfiants, à Strasbourg, à Lille, à Nancy ou encore à Bordeaux, tandis que d'autres dossiers étaient toujours en cours d'investigations.

Sur la piste d'un trafiquant solitaire

L'un des renseignements obtenus à la suite de cette infiltration a ainsi conduit les enquêteurs de la Section de recherches (S.R.) de Metz et de la Brigade de recherches (B.R.) de Thionville sur la piste d’un important trafiquant international de stupéfiants établi en Moselle.

C'est donc dans le cadre d’une enquête préliminaire, ouverte en août dernier, par le tribunal judiciaire de Thionville, que les gendarmes ont débuté leurs investigations.

Surveillances techniques et physiques, couplées à des recoupements, leur permettent de cerner l'individu et la structure de sa petite entreprise. L’intéressé, qui travaille en solitaire, se procure de grandes quantités de drogues dures aux Pays-Bas, qu'il distribue ensuite à un réseau de revendeurs partout en France. Malgré le mode de vie d’apparence modeste que le suspect affiche, les enquêteurs soupçonnent son trafic de générer d'importants revenus.

Une saisie exceptionnelle d'héroïne

Après quatre mois d'enquête, les gendarmes de la S.R. de Metz et de la B.R. de Thionville interpellent le trafiquant le 12 décembre dernier, sur la commune de Hayange, en Moselle.

Lors de la perquisition du domicile de ce Français de 32 ans, les enquêteurs font une découverte exceptionnelle : 46 pains d’héroïne, dont certains de produit pur, pour un poids total de 42 kg, trois pains de cocaïne, d'un poids total de 4 kg, et 17 kg de produits de coupe. Ils saisissent également 115 000 euros en liquide, quatre véhicules, dont un comprenant une cache sophistiquée, ainsi qu'un pistolet automatique.

Les quantités d'héroïne et de cocaïne saisies sont estimées à plus de 1 650 000 euros à la revente, au regard des prix moyens constatés dans le cadre des enquêtes. « Un montant certainement sous-estimé au vu de la pureté du produit, qui était destiné à être coupé avant la revente », estiment les enquêteurs. Selon Brice Partouche, procureur de la République de Thionville, cette saisie représente « près de 10 % de l'héroïne saisie en France depuis le début de l'année. »

© S.R. de Metz