Enquêtes

Bretagne : un vaste trafic de drogue démantelé sur les réseaux sociaux

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© GENDARMERIE/SIRPA/F.Balsamo

Le 20 juillet dernier, la Section de recherches de Bretagne a interpellé cinq personnes dans le cadre d’un vaste trafic de cannabis et de cocaïne. Le chef de réseau, ayant usé du marketing numérique pour développer sa clientèle, a été condamné à sept ans de prison.

De la même manière que vous commanderiez une course en taxi ou une pizza, lui avait développé le réseau « Ubershit » pour les consommateurs de drogues…

Début mai, les gendarmes de la Section de recherches (S.R.) de Bretagne sont saisis par le parquet pour enquêter sur un trafic de stupéfiants de grande ampleur. S’approvisionnant plusieurs fois par semaine auprès de grossistes dans les Pays-de-la-Loire, l’organisation dispose ensuite de relais à travers toute la Bretagne, pour écouler des dizaines de kilos de stupéfiants chaque mois.

Ubershit : le e-commerce de la drogue

À l’image d’une véritable start-up, le chef du réseau « Ubershit » est parvenu à développer son « entreprise » grâce au marketing effectué sur différents réseaux sociaux. Une technique de vente imparable, puisque ses associés ont très rapidement gagné en clientèle, comptant plusieurs centaines de consommateurs livrés à domicile dans la région. Le commerce est ainsi particulièrement lucratif, affichant un chiffre d’affaires mensuel de 100 000 euros minimum !

Le 20 juillet dernier, profitant du retour des trafiquants après un réapprovisionnement, les enquêteurs, après les avoir suivis de près depuis plusieurs semaines, décident de lancer une opération judiciaire. Près de 40 gendarmes des Côtes-d’Armor et du Finistère sont engagés, appuyés par l’antenne du GIGN de Nantes et par un hélicoptère de la section aérienne de gendarmerie de Rennes. Quatre personnes, deux hommes de 19 et 38 ans et deux femmes de 21 et 31 ans, sont interpellées à Lamballe et Jugon-les-Lacs, dans les Côtes-d’Armor. Près de six kilos de cannabis y sont saisis. Le responsable de la filiale du Finistère, âgé de 20 ans et arrêté quelques jours plus tôt, est quant à lui extrait de détention pour être entendu.

Sept ans de prison pour le leader du trafic

Le 24 juillet dernier, à l’issue de leur garde à vue, tous sont présentés en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Rennes. Le plus âgé, chef de réseau, est condamné à sept ans d’emprisonnement, pour « trafic de stupéfiants en récidive » et « participation à une association de malfaiteurs ». Trois de ses associés écopent de deux ans d’emprisonnement, assortis d’un sursis probatoire pour l’un. Enfin, sa compagne se voit infliger une peine de six mois d'emprisonnement avec sursis pour « non-justification de ressources ».

« Cette opération démontre les modes opératoires d’organisations criminelles particulièrement déterminées et usant des dernières techniques de communication afin de toucher une clientèle la plus large possible. Elle illustre aussi les capacités techniques et opérationnelles rendues disponibles par l’organisation propre de la gendarmerie. Elles facilitent la mise en œuvre de stratégies judiciaires complexes, seules à même de neutraliser des réseaux criminels élaborés et opaques», souligne le colonel Florian Manet, commandant la S.R. de Bretagne.

Si les trafiquants ont investi les réseaux, la gendarmerie aussi, et elle compte bien y traquer les criminels !