Enquêtes

Cinq interpellations après plusieurs braquages de bureaux de tabac dans le Sud

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Photo d'illustration
© DanielClauzier

Les bureaux de tabac deviennent une cible privilégiée pour les délinquants durant le confinement : les départements du Gard, des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse en ont récemment fait les frais. Le 27 avril dernier, une opération rassemblant près de 110 gendarmes a permis l’interpellation de cinq hommes soupçonnés d’avoir braqué trois buralistes dans la région.

Si les masques sont devenus une denrée rare et chère en pleine crise sanitaire, les paquets de cigarettes sont également très recherchés ! La fermeture des frontières et le confinement ont ramené de nombreux clients chez les buralistes, l'un des rares commerces autorisés à rester ouverts. Mais si les ventes explosent, avec une hausse de plus de 30 % selon la Fédération des buralistes, les braquages augmentent également sur l’ensemble du territoire, et plus particulièrement dans le sud ces derniers jours.

Série noire pour les tabacs du sud

Le 10 avril dernier, un bureau de tabac est braqué au petit matin à Rochefort-du-Gard. Plusieurs individus armés et encagoulés débarquent dans le commerce et dérobent 500 cartouches de cigarettes ainsi que le fond de caisse. Le véhicule ayant servi aux faits sera retrouvé incendié quelques kilomètres plus loin. Deux jours avant, c’est un buraliste, installé dans le secteur de Salon-de-Provence, qui a connu le même sort. Enfin, vendredi 24 avril, quatre individus tentent de braquer un tabac à Avignon. Fort heureusement, lorsque le commerçant déclenche l’alarme et le système de protection, les malfaiteurs font demi-tour. Là encore, leur véhicule est retrouvé incendié à quelques centaines de mètres du commerce.

La gendarmerie sort l’artillerie lourde

Très vite, en lien avec le parquet de Nîmes et sous l’égide de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI), une cellule nationale d’enquête est créée. Dirigée par la Section de recherches (S.R.) de Nîmes, elle est composée d’enquêteurs issus de la S.R. ainsi que des Brigades de recherches (B.R.) de Salon-de-Provence et de Bagnols-sur-Cèze, avec le renfort d'un détachement de l’OCLDI de Toulouse. En un temps record, les gendarmes parviennent à identifier plusieurs suspects.

Le 27 avril dernier, un important dispositif est engagé, comptant près de 110 gendarmes en plus des enquêteurs de la cellule, pour arrêter les malfaiteurs. Parmi eux, se trouvent des unités d’intervention spécialisées, dont l’antenne GIGN d’Orange, deux pelotons de gendarmes mobiles, des équipes cynophiles, ainsi que des renforts de gendarmes départementaux de la région.

Un joli coup de filet

Cinq hommes sont interpellés près de Cavaillon et dans les hauts des Bouches-du-Rhône. Âgés d’une trentaine d’années, ils sont déjà connus de la justice. Dans le cadre des perquisitions menées à leurs domiciles, les gendarmes retrouvent plusieurs armes ainsi qu’une partie de la marchandise volée chez les buralistes. Mercredi 29 avril, à l’issue des gardes à vue, ils sont déférés devant le pôle criminel du tribunal judiciaire de Nîmes, dans le cadre de l’information judiciaire ouverte pour « association de malfaiteurs » et « vols en bande organisée avec arme ».