Enquêtes

Démantèlement d’un trafic de stupéfiants à Bar-le-Duc

auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
© Pexels

En constatant le non-respect du stop par un automobiliste devant leur caserne, les gendarmes de la Meuse ont finalement mis à jour un véritable trafic de stupéfiants sévissant en local et ont procédé à deux interpellations.

 

Si ce jeune homme n’a pas voulu marquer le stop devant la résidence des gendarmes, eux ne se sont pas gênés pour mettre un coup d’arrêt à ses activités illégales !

« Stop » aux infractions

C’est comme si le destin leur avait donné rendez-vous… Le 25 avril dernier, ayant terminé leur patrouille, les gendarmes du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Bar-le-Duc rejoignent leur caserne. Arrivant devant le quartier Moncey, où est installé le groupement de gendarmerie de la Meuse, l’un des militaires remarque qu’un automobiliste n’a pas respecté le stop situé juste devant.

Les gendarmes décident alors de contrôler l’individu et ne sont pas déçus du résultat : l’homme n’a pas d’attestation de déplacement dérogatoire malgré le confinement et roule avec les pneus lisses. Pire, il conduit sous l’emprise de l’héroïne et les militaires distinguent une boulette brunâtre ainsi que des seringues dans l’habitacle.

Fort de ces éléments, les gendarmes procèdent à une perquisition au sein du véhicule et découvrent une dose d’héroïne, 1 g de résine de cannabis, une balance, 435 euros en espèces et trois armes blanches.

Leur petite entreprise ne connaît pas la crise

Placé en garde à vue, l’individu reconnaît s’approvisionner dans la région de Nancy pour sa consommation personnelle, mais aussi pour de la revente du côté de Bar-le-Duc. Des investigations téléphoniques permettent d’identifier ses différents contacts.

Les enquêteurs placent l’un d’eux en garde à vue. Celui-ci confirme avoir acheté auprès du premier, au cours de la semaine précédente, 59 g d’héroïne pour 1 280 euros. Il consomme mais revend également ! Un marché juteux puisque, depuis le début du confinement, il a notamment fourni à une connaissance près de 80 g d’héroïne pour un montant de 2 500 euros ! Plusieurs clients sont auditionnés à leur tour et poursuivis. Ils confirment que les deux trentenaires vendaient régulièrement de l’héroïne, mais aussi de la cocaïne et du cannabis.

Passez par la case Prison

À l’issue de leurs gardes à vue, les deux hommes sont déférés, le 30 avril dernier, devant le parquet de Bar-le-Duc. Déjà connus de la justice, tous deux sont en récidive légale et sont placés en détention provisoire en attendant le jugement du tribunal correctionnel qui a lieu dès le lendemain. Le premier individu est condamné à 30 mois d’emprisonnement dont 12 avec sursis. Par ailleurs, son permis de conduire est annulé et il lui est interdit de séjourner sur le territoire de la Meuse durant deux ans. Son comparse, pour sa part, est condamné à 18 mois de prison dont 11 avec sursis.