Enquêtes

Démantèlement d’un vaste trafic d’héroïne et de cocaïne dans la Drôme

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© D.R.

Au terme d’une enquête ayant duré plus d’un an, les gendarmes de la Brigade de recherches (B.R.) de Crest (26) ont mis un coup d’arrêt à un important trafic de stupéfiants, organisé telle une véritable petite entreprise.

« Vous avez demandez une dose d’héroïne, ne quittez pas, nous allons répondre à votre appel », c’est le message qui aurait pu être délivré par la centrale d’appel imaginée par ces trafiquants pour développer leur commerce de drogues!

La grenouille qui voulait être aussi grosse que le bœuf

Au début de l’année 2019, la B.R. de Crest obtient un renseignement particulièrement intéressant : un trafic d’héroïne et de cocaïne sévirait dans le secteur de Malissard (26). Une enquête préliminaire est ouverte et les premiers actes d’investigation laissent apparaître un système très structuré. Le fournisseur, se faisant surnommer « la grenouille », revend une grande partie de la marchandise en bas de son immeuble. Pour le reste, il a mis en place une vraie centrale d’appel et s’appuie sur des guetteurs, des « nourrices » (gardant la drogue ou l’argent à domicile), des goûteurs et coupeurs de drogue, et une dizaine de « charbonneurs » chargés de livrer la drogue en voiture ou en scooter. La petite « entreprise » ne connaît pas la crise : avec une soixantaine de clients au quotidien et un chiffre d’affaire avoisinant les 100 000 euros par mois, le trafic alimente près de 300 revendeurs et consommateurs dans tout le Sud-Est de la France !

Au mois d’octobre 2019, une information judiciaire est ouverte par le parquet de Valence. Tandis que le Groupe d’observation surveillance (GOS) de Lyon vient en appui de la Cellule d’observation surveillance de la Drôme, l’ensemble des enquêteurs s’attellent à matérialiser les infractions et à identifier le rôle de chacun à l’intérieur de ce réseau d’ampleur.

Coup de filet dans le Sud-Est

Après plus d’un an d’investigations, une vaste opération judiciaire est finalement lancée, le 09 juin dernier. Pilotée par la compagnie de gendarmerie de Crest, elle mobilise 130 militaires du groupement de la Drôme, cinq équipes cynophiles et plusieurs unités d’intervention dont une antenne du GIGN. C’est un véritable coup de filet pour les enquêteurs qui, en intervenant simultanément à Malissard et à Valence, parviennent à interpeller 13 suspects au total!

Les perquisitions menées dans le cadre de l’opération révèlent toute l’ampleur du trafic : les militaires retrouvent près de 140 000 euros en numéraire, 6 kilos d’héroïne, 200 grammes de cocaïne, deux pistolets automatiques et un fusil à pompe. Ils saisissent également sur place quatre véhicules et un scooter, ainsi que de nombreux téléphones et produits de luxe (sacs, chaussures, etc).

Le 11 juin dernier, au terme des gardes à vue, 12 des 13 mis en cause sont déferrés devant le parquet de Valence. Tous âgés entre 20 et 28 ans, six d’entre eux font l’objet d’un mandat de dépôt, tandis que les six autres sont placés sous contrôle judiciaire en attendant le jugement.

Drôme : une véritable « petite entreprise » de stupéfiants démantelée

Afin de mettre un terme à un important trafic de stupéfiants sévissant dans la Drôme et mêlant cocaïne et héroïne, une opération d’envergure a été me..

Lire la suite...