Enquêtes

Des contrebandiers d’alcool interpellés dans la Marne

auteur : Antoine Faure - publié le
La camionnette des contrebandiers contenait plusieurs centaines de cartons d'alcool fort.La camionnette des contrebandiers contenait plusieurs centaines de cartons d'alcool fort.
La camionnette des contrebandiers contenait plusieurs centaines de cartons d'alcool fort.
© Gendarmerie départementale de la Marne

Les gendarmes ont eu du flair au moment de contrôler, dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 février, une camionnette dans le secteur de Vitry-le-François. Le véhicule transportait plus de 3000 litres d'alcool de contrebande !

S’ils n’avaient été en service, les gendarmes de la brigade motorisée de Vitry-le-François auraient presque pu s’écrier « Champagne ! », en ouvrant la porte arrière de la camionnette, visiblement en surcharge, contrôlée sur la RN4, dimanche 16 février, à 1 h 45. À l’intérieur du véhicule ? Une centaine de cartons remplis de bouteilles d’alcool fort, pour un volume total de 3180 litres !

Face à l'incapacité des occupants du véhicule de justifier de la présence de cette marchandise par la présentation d'un bon ou d’un bordereau de transport obligatoire, les gendarmes contactent leurs collègues du service des douanes. Ceux-ci leur confirment qu’ils viennent vraisemblablement d’interpeller deux « mules » appartenant à un réseau de contrebandiers, connu des douaniers, opérant entre le Luxembourg, la Belgique et la France.

Les enquêteurs de la brigade motorisée placent alors immédiatement sous scellés la camionnette et la marchandise, dans l'attente des douaniers de Reims. Il ressort de l’enquête que ce trafic international d'alcool alimente depuis le début des années 2000 de nombreuses épiceries de quartier de la région parisienne.

Plusieurs centaines de milliers d'euros de taxes

En voiture, l’alcool est à transporter avec modération ou avec autorisation. Quand on décide de faire voyager plus de 3 000 litres d’alcool fort sans respecter les règles, ça peut coûter très cher. Le chauffeur sera condamné à verser une transaction douanière d'un montant de 10 000 euros. Le donneur d'ordre devra quant à lui réaliser la déclaration des marchandises et le paiement des taxes attenantes à l'importation de ces marchandises, dont le montant s’élève à plusieurs centaines de milliers d'euros.

Cette saisie constitue un bel exemple de l’apport essentiel des gendarmes motorisés dans le cadre de la sécurité des mobilités. Grâce à son ancrage territorial et son expérience du terrain, la gendarmerie nationale joue en effet un rôle majeur dans la surveillance et le contrôle des déplacements d’individus et de marchandises.