Enquêtes

Gironde : 25 interpellations à la suite de vols de grands crus

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© Gendarmerie Nouvelle Aquitaine

Cela faisait plus d’un an que les gendarmes enquêtaient, en lien avec la police, sur un réseau de voleurs et de receleurs de vins réputés du Bordelais. Mardi 8 décembre, deux opérations simultanées des forces de l’ordre ont permis l’interpellation de 25 individus impliqués dans cette affaire juteuse !

Château Yquem, Romanée Conti, Lafite Rothschild, Château Margaux... Durant cette année marquée par la crise sanitaire, ce réseau de malfaiteurs était bien décidé à miser sur la production locale, en volant et recelant les plus grands crus français !

Dès l’automne 2019, plusieurs vols de bouteilles sont constatés dans des entrepôts de la métropole bordelaise. Ces derniers se trouvant en zone police, la Brigade de répression du banditisme (BRB) de la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) est co-saisie avec la sûreté départementale de Bordeaux (DDSP 33) pour enquêter sur une équipe de voleurs chevronnés, dans le cadre d’une commission rogatoire.

Au début de l’année 2020, ces agissements gagnent la zone gendarmerie, avec trois nouveaux vols perpétrés dans des entrepôts à Carton-Blanc et dans une grande surface à Léognan. À travers leurs investigations, les gendarmes du groupement de Gironde et de la section de recherches de Bordeaux mettent ainsi en lumière l’existence d’une seconde équipe de voleurs.

L’alliage parfait

Dans le cadre de leurs récoltes, les malfaiteurs agissent comme de fins connaisseurs du crime ! Forts de profils variés, ils s’organisent en plusieurs équipes «en tiroir » et savent « déjouer les systèmes d’alarme, masquer les caméras, trouver la faille de l’entrepôt », explique le colonel Jean Baptiste Félicité, au journal Le Point.

Mais les enquêteurs savent aussi s’organiser pour démanteler un tel réseau. Face au phénomène menaçant tous les acteurs de la filière viticole, le parquet de Bordeaux décide d’ouvrir une information judiciaire permettant aux services d’enquête de la police et de la gendarmerie de progresser ensemble sur cette affaire. Cette coopération est payante, puisque les enquêteurs finissent par remonter vers un même individu. Aussi, à l’été 2020, le magistrat instructeur co-saisit la région de gendarmerie, l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI), la DIPJ et la DDSP 33.

Quand le luxe coule à flots

Le 8 décembre dernier, les différents services organisent une vaste opération permettant d’interpeller vingt-cinq voleurs et receleurs de façon simultanée, en Gironde, en Dordogne et dans la Loire. Tandis que 76 fonctionnaires de police entendent quatorze mis en cause, 140 militaires de la gendarmerie interpellent les onze autres.

© Gendarmerie Nouvelle Aquitaine

Les grands crus relèvent aujourd’hui du marché de luxe, un secteur juteux, ainsi que l'ont mis en évidence les saisies opérées durant les perquisitions : 150 000 euros en espèces, 200 000 euros placés sur des comptes, une dizaine de véhicules ayant servi aux vols ou acquis avec les bénéfices, et près de 900 bouteilles restées à la cave, pour un préjudice pouvant atteindre le million d’euros !

À l’issue des gardes à vue, quatorze personnes ont été déférées devant les magistrats instructeurs pour être mises en examen. Cinq d’entre elles ont été placées sous contrôle judiciaire et une sixième en détention provisoire. Ce vendredi 11 décembre, huit autres individus étaient encore en cours de présentation en vue d’une mise en examen. Le rouge aura fini par tacher et donner quelques aigreurs aux malfaiteurs !