Enquêtes

Gironde : démantèlement d’un réseau de contrebande de tabac entre la France et la Bulgarie

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Gendarmerie Nouvelle Aquitaine

Après presque deux ans d’enquête, la Section de recherches (S.R.) de Bordeaux et la douane judiciaire sont parvenues à mettre un terme à un trafic de cigarettes qui s’opérait entre la France et la Bulgarie, sur fond de proxénétisme.

En février 2019, les enquêteurs de la Section de recherches (S.R.) de Bordeaux s’intéressent à un individu bulgare impliqué dans du recel d’objets provenant de cambriolages commis dans les Landes. Dans le cadre de leurs investigations, ils s’aperçoivent que l’homme est également à l’origine de faits de proxénétisme, puisqu’il achemine des jeunes femmes bulgares destinées à la prostitution sur la voie publique à Bordeaux. Mais ce n’est pas le seul « objet de consommation » qu’il ramène de son pays, puisque les gendarmes découvrent également qu’il est à la tête d’un clan se livrant à de la contrebande de cigarettes !

Face à l’importance du trafic, une information judiciaire est ouverte à la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Bordeaux et le service d’enquêtes judiciaires des douanes est co-saisi avec la S.R.

© Gendarmerie Nouvelle Aquitaine

Après plusieurs mois d’enquête, les deux unités réussissent à établir l’implication d’une dizaine de ressortissants bulgares, opérant à Bordeaux mais aussi à Moissac (82). Si l’argent n’a en principe pas d’odeur, il a bien celle du tabac dans cette affaire ! En effet, la cartouche de cigarettes achetée à peine 28 euros en Bulgarie, est revendue près du double en France, ce qui reste une aubaine pour les fumeurs de l’Hexagone, mais aussi pour ces contrebandiers, dont le bénéfice est évalué entre 200 000 et 400 000 euros. Contrairement aux acheteurs, leurs fonds ne disparaissent pas en fumée, puisqu’ils sont blanchis à travers de l’investissement immobilier en Bulgarie.

Une opération flamboyante

Les enquêteurs profitent d’une nouvelle importation de tabac pour déclencher une opération d’envergure, le 30 novembre dernier. Au total, ce sont 150 gendarmes et officiers de douane judiciaire qui sont déployés en France, mais aussi en Bulgarie, l’intervention s’inscrivant dans le cadre de la coopération judiciaire internationale.

Finalement, onze personnes sont interpellées, dont plusieurs dans un campement situé dans un hangar désaffecté, sur le quai de Brazza, mis à disposition par la mairie de Bordeaux après l’évacuation récente d’un squat.

Dans le cadre des perquisitions, les enquêteurs saisissent 10 000 euros et l’équivalent de 80 000 euros dissimulés en Bulgarie, huit véhicules, 650 cartouches de cigarettes et plusieurs biens immobiliers ayant servi au blanchiment.

© Gendarmerie Nouvelle Aquitaine

À l’issue des gardes à vue, six individus, cinq hommes et une femme, sont présentés devant la JIRS de Bordeaux et mis en examen pour association de malfaiteurs, importation et détention en contrebande et en bande organisée de produits du tabac manufacturé, ainsi que vente frauduleuse au détail en bande organisée de tabacs fabriqués. Les chefs de blanchiment, recel en bande organisée et proxénétisme aggravé sont également retenus à l’encontre du chef de clan.

Deux individus sont placés en détention provisoire, tandis que les autres demeurent sous contrôle judiciaire. Enfin, un dernier complice faisant l’objet d’un mandat d’arrêt européen a été interpellé en Bulgarie.