Enquêtes

Gironde : les voleurs pris la main dans le « coffre »

Auteur : la capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
Photo d'illustrationPhoto d'illustration
© Tous droits réservés

Début septembre, les gendarmes de la Nouvelle-Aquitaine ont interpellé en flagrance trois individus qui avaient pris l’habitude de fracturer les coffres-forts des supermarchés de la région.

Les coffres-forts ne sont pas infaillibles, mais les délinquants non plus ! Cela a été récemment prouvé par la Section de recherches (S.R) de Bordeaux. Depuis le premier semestre 2019, plusieurs vols ou tentative de vols par effraction ont été constatés au sein de grandes enseignes de l’agglomération bordelaise. Le mode opératoire est toujours le même. Les auteurs entrent par le toit et se cachent en attendant qu’une levée de doute soit effectuée par l’agent de sécurité, suite au déclenchement d’alarme. Une fois ce dernier parti, ils découpent le coffre-fort à la disqueuse et le vide. Suite aux investigations minutieuses des enquêteurs, les auteurs ont été interpellés quelques heures après leur dernier vol. Présentés devant le juge d’instruction, ils ont été mis en examen pour des faits de vol par effraction en bande organisée et association de malfaiteurs.

Des investigations concluantes

Une dizaine de vols opérés selon ce mode opératoire sont constatés par les Brigades de recherches (B.R) de Langon et d’Arcachon. En février 2019, l'analyse des différents éléments de preuve entraîne l'identification un individu, originaire de Moldavie. La poursuite des investigations durant les mois suivants permet d'obtenir l’identité d’un autre ressortissant moldave, originaire de la même région que le premier individu. Face à ce phénomène, en janvier 2020, la S.R de Bordeaux et l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) sont alors co-saisis, en complément du groupement de gendarmerie départementale de Gironde. Grâce à différentes analyses, un rapprochement entre les deux individus est effectué et atteste de leur présence à Bordeaux.

Les voleurs placés sous haute surveillance

Durant le premier semestre 2020, dix nouveaux faits de vol ou tentative de vol par effraction sont constatés au préjudice des enseignes Aldi, Lidl et McDonald’s.

Avec le retour de l’une des cibles principales en Gironde, en juin 2020, les enquêteurs intensifient leur surveillance durant tout l’été. Appuyés par le détachement de l’OCLDI de Toulouse et le GOS de Bordeaux, les gendarmes de la S.R de Bordeaux mènent des investigations poussées. L’analyse de l’ensemble des éléments permet aux enquêteurs et aux forces d’intervention de prendre connaissance de l’environnement des individus.

Une interpellation en flagrance

Alors que l’été a été plutôt calme, les voleurs repassent à l’action le 3 septembre. Après un repérage effectué la veille, ils pénètrent par effraction dans un magasin à Eysines (33) à 1 heure du matin. Agissant comme à l’accoutumée, ils dérobent 5 950 euros dans le coffre-fort ainsi que divers articles. Mais c’était sans compter sur la réactivité des enquêteurs, qui ont rapidement pu les localiser grâce aux constatations ! Sans attendre, les forces d’intervention du Peloton de surveillance et d’intervention de gendarmerie (PSIG) de Mérignac et du Peloton spécialisé de protection de gendarmerie (PSPG) de Blayais sont mobilisées et interpellent les trois individus ainsi que leur complice quelques heures seulement après les faits.

Ces derniers sont placés en garde à vue par les enquêteurs de la S.R de Bordeaux, qui procèdent, dans la foulée, aux perquisitions. Trois véhicules, 9 097 euros, de l’outillage et les bouteilles d’alcool dérobées dans le supermarché sont saisis. À l’issue de 96 heures de garde à vue, au cours desquelles l’un des voleurs reconnaît avoir participé à plusieurs vols, les trois auteurs sont présentés au magistrat de la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Bordeaux, qui les met en examen pour vols avec effraction en bande organisée et association de malfaiteurs. Ils sont également placés en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention.

Complémentarité des forces judiciaires

Cette affaire démontre l’excellente coopération entre les différentes forces judiciaires de la gendarmerie. Brigades, B.R, S.R, GOS ou encore OCLDI sont complémentaires dans le traitement des phénomènes d’ampleur. Quelle que soit l’ampleur qu’elle prendra, une enquête débute par un fait géré dans un premier temps par les brigades et les B.R. Ce sont elles qui mènent les premières investigations, sur lesquelles s’appuieront ensuite les enquêteurs des unités d’un niveau régional voire national. L’affaire menée par la S.R de Bordeaux met par ailleurs en lumière les différentes technicités et la multiplicité des techniques d’investigation dont dispose la gendarmerie pour rechercher des éléments de preuve.