Enquêtes

Go-fast sur l’A9 : 824 kg de résine de cannabis saisis par la B.R. de Lunel

Auteur : Pablo Agnan - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© B.R. Lunel

Deux individus ont été interpellés par le GIGN, le 9 novembre, alors qu’ils effectuaient un transport de type « go-fast ». 23 ballots de résine de cannabis ont été retrouvés à l’intérieur de leur véhicule, pour un poids total de 824 kg. Une saisie impressionnante rendue possible grâce à l’enquête minutieuse des militaires de la Brigade de recherches (B.R.) de Lunel.

La carrière d’un trafiquant de drogue est relativement courte, notamment pour cet individu, interpellé le 9 novembre dernier par le GIGN (Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale) alors qu’il transportait 23 valises marocaines de résine de cannabis, pour un poids total de 824 kg. Une saisie impressionnante, rendue possible grâce à l’enquête menée par les militaires de la Brigade de recherches (B.R.) de Lunel, dans l’Hérault (34).

À l’origine, une enquête pour une tout autre affaire

Pourtant, au départ, les investigations ne portent pas sur ce trafic, mais sur une tout autre affaire. L’individu en question, originaire du sud-est de la France, « faisait l’objet d’un mandat de recherche dans le cadre d’une information judiciaire pour un autre dossier », confirme le lieutenant Christian, commandant de la B.R.

Mais en plus de cet « autre dossier », les enquêteurs s’aperçoivent que le mis en cause s’adonnerait également au transport de stupéfiants de type « go-fast », depuis le sud de l’Espagne vers la France. Une enquête préliminaire pour trafic de stupéfiants est ouverte et est logiquement confiée aux militaires de la B.R. de Lunel.

Le GOS entre dans la danse

Pour conforter ses soupçons, la B.R. fait appel au GOS (Groupe d’Observation et de Surveillance) de Montpellier, « dont l’engagement a été déterminant dans la réussite du dossier. »

Pendant plusieurs jours, le suspect est traqué, filé et surveillé de très près. Grâce à ces enquêteurs spécialisés ainsi qu’à la collaboration avec les autorités espagnoles, les investigations permettent d’identifier les différents types de véhicules utilisés et d’anticiper le prochain « go-fast » vers l'Hexagone.

Intercepté par le GIGN

Le 9 novembre donc, au petit matin, les gendarmes décident de « taper ». Le convoi, composé d’un véhicule ouvreur et d’un porteur, est intercepté par le GIGN sur l’A9, entre Perpignan et Narbonne. 23 valises marocaines sont découvertes dans le véhicule porteur, un SUV puissant de marque allemande. À l’intérieur, plus de 800 kg de résine de cannabis, soit une valeur potentielle à la revente de près de 4,2 millions d’euros.

L’individu, ainsi que l’autre conducteur, sont interpellés et immédiatement placés en garde à vue. Selon le Code pénal, le suspect risque dix ans d’emprisonnement et 7 500 000 euros d’amende pour transport et détention illicites de stupéfiants.