Enquêtes

Guyane : interpellations et saisies de marchandises liées à l’orpaillage illégal

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© D.R.

Le 8 mai dernier, les gendarmes de la brigade de Cacao, appuyés par la Section de recherches (S.R.) de Cayenne, ont porté un coup à l’orpaillage illégal sévissant dans l’Est guyanais, avec l’interpellation de trois malfaiteurs et la saisie de 6,5 tonnes de marchandises.

C’est de nouveau une belle prise pour la gendarmerie de Guyane ! Après plusieurs opérations menées avec les Forces armées de Guyane fin avril, ce dernier coup de filet devrait encore affecter la logistique de ceux qui pillent les richesses du territoire.

Transport de marchandises… sensibles !

Au-delà de son nom exotique, la ville de Cacao a une situation stratégique, puisqu’elle se trouve aux abords de la RN2 reliant Cayenne à Regina, dans l’Est guyanais.

Soupçonnant que cet axe routier contribue sérieusement à l’alimentation des sites d’orpaillage illégaux situés en forêt équatoriale, les gendarmes de la brigade décident de mettre en place des contrôles réguliers de la circulation. Le 8 mai dernier, agissant dans le cadre d’une réquisition du procureur de la République de Cayenne, ils parviennent à mettre la main sur une mystérieuse cargaison.

En interceptant un camion-benne circulant sur l’axe malgré les restrictions liées à la crise sanitaire du COVID-19, ils découvrent à son bord cinq tonnes de marchandises dissimulées sous des tôles ondulées ! Le coup de grâce pour les orpailleurs, puisque tout est réuni pour assurer la logistique d’un site clandestin : de la nourriture en quantité, six corps de pompe et des bidons de carburant. Le conducteur du poids lourd et l’organisateur du transport, circulant dans le convoi à bord d’un 4X4, sont interpellés et placés en garde à vue.

Un approvisionnement depuis le Brésil

Au cours des investigations, les enquêteurs apprennent que le poids lourd aurait été chargé la veille, dans un entrepôt situé dans une commune proche du chef-lieu de la région Guyane. Ils établissent que le voyage a été parfaitement organisé et que la marchandise provenait du Brésil. Le commanditaire et son frère ont même fait l’objet d’un contrôle routier au niveau d’un poste forestier tenu par des gendarmes engagés sur la mission « Harpie », la veille du départ du convoi.

Les gendarmes ne sont pas au bout de leurs surprises, puisqu’ils sont amenés à saisir 1,5 tonne de marchandises supplémentaires – importées en contrebande –, mais aussi 50 grammes d’or natif. Ils établissent également des liens financiers avec le Brésil.

Le 10 mai dernier, à l’issue de leurs gardes à vue, les trois individus sont déférés devant le parquet, qui décide de l’ouverture d’une information judiciaire. Les deux frères sont écroués, tandis que le conducteur est placé sous contrôle judiciaire.

La cellule d’investigation orpaillage de la S.R. de Cayenne poursuit désormais ses investigations dans le cadre d’une commission rogatoire, qui devrait permettre de comprendre un peu mieux le fonctionnement de ce réseau logistique.

Pour l’anecdote, les denrées saisies au cours de cette enquête ont été remises à des associations caritatives et au zoo de Guyane.