Enquêtes

Haute-Savoie : démantèlement d’un trafic de stupéfiants dans les bois

auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
© Gendarmerie de Haute Savoie

Les gendarmes de Haute-Savoie ont mis un coup d’arrêt à un trafic de cocaïne et d’héroïne géré par un ressortissant albanais. Malgré les mesures de confinement, les échanges se déroulaient au beau milieu des bois, sur la commune d'Allonziers-la-Caille.

La chasse aux œufs étant passée, cet habitant d’Allonziers-la-Caille s’est demandé ce que toutes ces personnes pouvaient bien rechercher à cet endroit de la forêt ! S’étonnant de ces allers et venues sur un sentier balisé, en plein confinement, il finit par alerter les gendarmes.

Promenons-nous dans les bois

Les militaires du Peloton motorisé (P.Mo.) d’Annecy orientent alors leurs contrôles sur les axes aux alentours. S’ils ne trouvent pas d’œufs de Pâques, ils constatent néanmoins que de nombreux conducteurs ont les yeux rouges comme des lapins... atteints de myxomatose ! Certes, les allergies liées aux pollens de printemps peuvent être un début d’explication mais, déformation professionnelle oblige, ils soupçonnent davantage l’existence d’un trafic de stupéfiants.

S’appuyant sur le Groupe local de contrôle des flux (GLCF), une équipe de recherche propre à l’Escadron départemental de sécurité routière (EDSR), les gendarmes procèdent à des surveillances. Durant trois jours, ils observent une large fréquentation de voitures au regard de l’endroit et du contexte actuel. Plus étrange encore, tous ces « promeneurs » se dirigent vers un même lieu, situé au milieu des bois !

Des gendarmes et des chiens qui ont du flair !

Ayant réuni suffisamment de preuves, les enquêteurs décident de procéder, le 20 avril dernier, à une interpellation en flagrant délit du dealer et des consommateurs. À l’arrivée des gendarmes, le trafiquant tente de fuir à travers la forêt. Heureusement, les militaires ne sont pas venus seuls : « Gaffy » et « Marcus » sont là !

Le premier, un berger allemand du Peloton d’intervention et de surveillance de la gendarmerie (PSIG) de Saint-Julien-en-Genevois, est spécialisé en « piste et défense ». Grâce à son flair, il n’a aucun mal à retrouver la trace de l’individu caché, 400 mètres plus loin, dans les buissons !

Le second, un malinois affecté à l’EDSR, préfère renifler les stupéfiants et les billets. Il trouve rapidement de quoi le satisfaire : de la cocaïne, de l’héroïne, mais aussi une balance et un téléphone dissimulés à proximité. Au total, huit pochons d’héroïne (35 g) et quinze pochons de cocaïne (15 g) sont saisis par les enquêteurs.

Un ressortissant albanais sous les verrous

Interpellé, le dealer s’avère être un ressortissant albanais ayant déjà été expulsé à trois reprises de France depuis 2000. Au cours de sa garde à vue, le trentenaire explique qu’il est de retour sur le territoire depuis à peine cinq jours et qu’il dort dans les bois. Il revendrait de la drogue pour éponger ses dettes en Albanie, sa famille étant menacée par les créanciers. Toujours selon ses dires, il serait employé par des trafiquants qui le rémunéreraient 100 euros par jour.

Le 23 avril dernier, l’homme est jugé par le tribunal de Thonon-les-Bains lors d'une audience par visioconférence. Il possède déjà un casier judiciaire mais celui-ci se révèle incomplet. Le tribunal le condamne finalement à 12 mois de prison avec maintien en détention.