Enquêtes

Haute-Savoie : deux couples interpellés avec 500 g de cocaïne et 1 kg de kétamine

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© D.R.

Le 24 avril dernier, les gendarmes de Saint-Julien-en-Genevois ont interpellé deux couples originaires du bassin annemassien qui transportaient, à bord de leur véhicule, plus de 500 g de cocaïne et plus d’un kilo de kétamine.

Bien que cette région frontalière avec la Suisse soit connue pour des trafics réguliers en matière de stupéfiants, les gendarmes sont peu habitués à des saisies de drogues dures aussi importantes !

Un convoi exceptionnel

Le 24 avril dernier, vers 23 heures, les militaires du groupe de surveillance et d'intervention nocturne de la compagnie de Saint-Julien-en-Genevois sont contactés par un riverain. Celui-ci a observé la présence étrange de plusieurs personnes autour de la maison de son voisin. Surpris par ce dernier, les individus prennent la fuite à bord d’un véhicule et empruntent la route départementale en direction de Saint-Julien-en-Genevois.

Intervenus rapidement, les militaires ne tardent pas à retrouver leur trace. Les quatre occupants de la voiture s’avèrent être deux couples originaires de la région d’Annemasse. Mais n’allez pas croire qu’il s’agissait d’une sortie romantique au clair de lune… Ni même d’un cambriolage ! Dans l’habitacle, les gendarmes retrouvent d’importantes quantités de drogues : 516 grammes de cocaïne et 1,028 kg de kétamine, un anesthésiant utilisé comme psychotrope.

En route pour la Suisse

Après cette découverte et en lien avec le parquet, les enquêteurs de la brigade de recherches d’Annemasse approfondissent les investigations. Ils réalisent que les deux couples s’apprêtaient à convoyer cette marchandise jusqu’au bassin genevois, pour l’écouler auprès des consommateurs du secteur. Par ailleurs, les gendarmes identifient un cinquième individu, qui n’est autre que leur complice, chargé de conduire la voiture « ouvreuse » et d’indiquer les éventuels barrages ou contrôles sur la route.

Le marché semble juteux puisque, lors des différentes perquisitions menées chez les mis en cause, les militaires retrouvent 3 000 euros en espèces, mais aussi un fusil à canon scié et des stupéfiants en moindre quantité.

Mais l’escapade nocturne des amoureux promettant monts et merveilles à leurs voisins suisses a un prix : le 30 avril dernier, les quatre trafiquants ont été déférés au tribunal de Thonon-les-Bains. Jugés en comparution immédiate, ils ont été condamnés à des peines allant de dix mois à deux ans d’emprisonnement, assorties de sursis probatoires.