Enquêtes

Hérault : courte cavale pour les auteurs d'un home jacking

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Une arme de poing a été découverte dans le véhicule des suspects.Une arme de poing a été découverte dans le véhicule des suspects.
Une arme de poing a été découverte dans le véhicule des suspects.
© CGD Lodève

Il n’aura fallu que quelques heures aux gendarmes pour interpeller les auteurs d’un vol à main armée commis au domicile d’une personne âgée, dans l’Hérault. Une affaire rondement menée.

Dans la matinée du dimanche 31  mai, le Centre opérationnel de gendarmerie (COG) reçoit un appel signalant un vol avec agression au domicile d’une personne âgée à Saint-Bauzille-de-la-Sylve, un petit village de l’Hérault. Trois hommes masqués ont pénétré dans la maison et dérobé plus de 5  000  euros en liquide ainsi que des bijoux, avant d’enfermer la victime dans sa chambre et de prendre la fuite. La brigade de recherches de Lodève est engagée.

Peu après 10  heures, à Saint-Nazaire-de-Pezan, une patrouille de la brigade territoriale autonome de Castries, dépendant de la compagnie de Lunel, décide de procéder au contrôle d’un véhicule avec trois individus à son bord. Ces derniers refusent d’obtempérer et prennent la fuite. Mais ils s’engagent dans une impasse et finissent dans un talus. Le conducteur est interpellé, mais les deux autres s’échappent en courant en direction de marais, où ils parviennent à se cacher.

Intuition et flair

Le signalement des individus et l’immatriculation belge du véhicule vont permettre au COG d’établir rapidement un rapprochement avec le vol survenu plus tôt. La victime étant originaire de Belgique, ils suspectent un vol de son véhicule. « Il faut noter la très bonne réaction des hommes du COG et l’excellente action de la patrouille de Castries dans cette affaire », souligne le lieutenant-colonel Fabien Jaffard, commandant la compagnie de Lodève. La présence d’argent liquide et d’une arme de poing dans le véhicule viendra confirmer l’intuition des militaires.

D’importantes forces de gendarmerie sont alors déployées par le groupement de l’Hérault pour retrouver les fuyards, dont un hélicoptère du Détachement aérien de la gendarmerie (DAG) de Montpellier et un groupe d’investigation cynophile du Gard. Les deux complices sont rapidement arrêtés et immédiatement placés en garde à vue. « Le chien a joué un rôle déterminant en suivant une bonne piste », précise le lieutenant-colonel.

Une affaire de famille

Les enquêteurs de la brigade de recherches de Lodève se rendent sur les lieux pour prendre en charge les suspects. Leurs photos sont envoyées aux hommes restés au domicile de la victime pour reconnaissance. Bien que ses agresseurs aient été masqués, elle reconnaît l’un d’entre eux… qui n’est autre que son petit-fils. Celui-ci, âgé de 16  ans, avait pris la route depuis la Belgique pour commettre le vol. « Étant donné l’emplacement de la maison, nous supposions qu’ils n’étaient pas venus là par hasard », ajoute l’officier de gendarmerie. Les enquêteurs soupçonnent qu’une dette de stupéfiants, entre le jeune homme et ses deux acolytes, soit à l’origine du vol.

Lors des auditions opérées dans la foulée, deux individus ont reconnu les faits. Les deux mineurs ont été déférés devant le juge pour enfants, mis en examen et incarcérés. Le troisième homme, majeur, a été déféré en vue d’une comparution immédiate mais a obtenu un délai pour préparer sa défense. Il restera incarcéré jusqu’à l’audience qui aura lieu début juillet.