Enquêtes

Hérault : les enquêteurs mettent un coup d'arrêt à un blanchiment d'argent lié à un trafic de stupéfiants

Auteur : Gendarmerie Nationale - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Photo d'illustration
© GENDARMERIE/LPC/S.Chenu

Début novembre, les enquêteurs héraultais ont mis fin à un important blanchiment d'argent lié à un trafic de stupéfiants, en procédant à trois nouvelles interpellations. Au total, cinq individus ont été interpellés et des saisies pour un montant avoisinant trois millions d'euros ont été réalisées dans le cadre de cette enquête débutée à la fin de l'année 2018.

Fin 2018, les enquêteurs de la Section de recherches (S.R.) de Lyon détectent un réseau criminel structuré, très mobile et de niveau international, qui collecte d'importantes sommes d'argent auprès de malfaiteurs lyonnais et nationaux liés à des trafics de produits stupéfiants. En juin 2019, la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Lyon se saisit des faits et une cellule d’enquête nationale de la gendarmerie associe les S.R. de Lyon, Montpellier, Nîmes et Chambéry.

À la suite des investigations menées, les enquêteurs de la S.R. de Lyon, appuyés par ceux de la S.R. de Montpellier, interpellent deux membres d’une même famille, le 13 septembre 2019, à la gare de péage du Boulou (66), près de la frontière franco-espagnole, alors qu'ils acheminaient le produit d’une des collectes des revenus des trafics vers l’Espagne. Deux millions d’euros en numéraire sont alors saisis dans le coffre de leur véhicule et 200 000 € supplémentaires sont appréhendés en numéraire et sur des comptes bancaires. Les deux collecteurs, originaires du sud de la France, sont écroués après avoir été présentés au magistrat instructeur lyonnais.

Poursuivant les investigations sur le volet héraultais du réseau, la S.R. de Montpellier et le Groupe interministériel de recherches (GIR) de Montpellier interpellent, le 2 novembre dernier, à Sète, Frontignan et Saint-Jean-de-Vedas, trois individus soupçonnés d’être impliqués dans ce blanchiment de trafic de stupéfiants. Au cours des perquisitions, 80 g de cocaïne sont d’ailleurs découverts. Des biens acquis avec les produits du trafic (villa, appartement et comptes bancaires) sont également en cours de saisie pour un montant de 700 000 €.

Les trois suspects, âgés de 36 à 41 ans et déjà défavorablement connus de la justice, sont mis en examen par le juge d’instruction de la JIRS de Lyon, le 5 novembre. Les deux principaux mis en cause sont écroués, le dernier est placé sous contrôle judiciaire.