Enquêtes

Île-de-France : fin de périple pour les cambrioleurs qui écumaient les commerces de la région

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© S.R. Versailles

Une série d'interpellations, réalisées la semaine dernière par la section de recherches de Versailles, avec l'appui de l’antenne GIGN de Reims et du Groupe d’observation surveillance d’Île-de-France, a permis de mettre un terme aux agissements d'une équipe de cambrioleurs, qui écumait les commerces de la région île-de-France et des département limitrophes.

Depuis quelque temps, une équipe de cambrioleurs écumait les commerces de la région Île-de-France, des Hauts-de-France, du Centre-Val-de-Loire et du Grand-Est. Le 20 novembre dernier, la Section de recherches (S.R.) de Versailles (78), appuyée par les gendarmes de l’antenne GIGN de Reims (51) et du Groupe d’observation surveillance d’Île-de-France (GOSIF), ont mis un terme à leurs agissements.

Ce coup de filet intervient après plusieurs semaines d'investigations et de d'observations, conduites en toute discrétion par les enquêteurs de la S.R. de Versailles, mais également de plusieurs Brigades de recherches (B.R.) des secteurs touchés par ces raids, à l'instar de Montmorency, Pontoise, Abbeville ou encore Lucé.

Une trentaine de faits commis en région Île-de-France et dans les départements limitrophes

L'équipe de malfaiteurs dans la ligne de mire des unités de recherches agit selon un mode opératoire rodé. Pour accomplir leurs périples, ils se procurent des véhicules par le biais d'une sous-location auprès d'individus peu regardants, moyennant un paiement en numéraire. Ils prennent ensuite la route de nuit, en quête de commerces à cambrioler, le plus souvent dans des zones rurales et isolées. Afin de déjouer les investigations des forces de l’ordre, ils peuvent même parcourir plusieurs centaines de kilomètres.

Les rapprochements effectués permettent aux gendarmes de pouvoir formellement imputer à cette équipe criminelle près d'une trentaine de faits, commis dans les départements des régions Île-de-France, des Hauts-de-France, du Centre-Val-de-Loire et du Grand-Est, au préjudice de nombreuses pharmacies, bar-tabacs, garages et autres commerces.

Lors de ces périples, les malfaiteurs parviennent à dérober près de 80 000 euros de marchandises diverses, occasionnant dans le même temps près de 40 000 euros de dégâts matériels.

Interpellations en cascade

Le 20 novembre dernier, la surveillance mise en place porte ses fruits. Au petit matin, sur la commune de Bezons (95), les enquêteurs de la S.R. de Versailles, appuyés par les gendarmes de l’antenne GIGN de Reims (51) et du GOSIF, procèdent à l’interpellation de trois individus à bord de leur véhicule.

Ces derniers reviennent d'un périple nocturne, au cours duquel ils ont commis plusieurs cambriolages et tentatives de cambriolage de commerces, majoritairement des bar-tabacs, dans le Val-d’Oise, les Yvelines et de l’Eure-et-Loir. Le matériel dérobé est retrouvé dans le véhicule.

Mais le travail des enquêteurs ne s'arrête pas là. Pour démanteler l'ensemble du groupe criminel, tous les moyens sont alors mis en œuvre, dont des analyses génétiques incriminantes, conduites en moins de 48 heures par l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN), sur les prélèvements effectués lors des premières perquisitions.

Les premières interpellations en flagrant délit entraînent ainsi plusieurs autres arrestations successives dans le secteur d’Argenteuil et de Bezons, réalisées avec le concours d’une centaine de gendarmes. Huit co-auteurs ou complices sont ainsi appréhendés. Âgés de 17 à 27 ans, tous sont originaires du Val-d’Oise et, pour la plupart, défavorablement connus des forces de l’ordre. Lors des perquisitions, les enquêteurs saisissent de l'argent liquide, de paquets de tabac, des téléphones portables, ainsi que de l'outillage électroportatif.

Six mises en examen et deux mineurs convoqués devant le juge pour enfants

À l'issue des garde à vue, six individus majeurs ont été déférés le 24 novembre dernier devant le tribunal correctionnel de Pontoise pour être jugés en comparution immédiate pour 25 faits de vols aggravés. Trois d'entre eux ont été placés en détention provisoire et trois autres sous contrôle judiciaire stricte dans l'attente de leur jugement, fixé au 15 décembre prochain. Deux protagonistes mineurs se sont vu délivrer des convocations devant le juge des enfants.