Enquêtes

Indre-et-Loire : un trafic d’héroïne démantelé

Auteur : Pablo Agnan - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
Photo d'illustration
© GENDARMERIE/SIRPA/F.Balsamo

Après six mois d’enquête, la gendarmerie a réussi à mettre la main sur cinq personnes, toutes soupçonnées de participer à un trafic d’héroïne dans le nord de l’Indre-et-Loire. 2,3 kilos de cette substance ont été saisis. Les suspects ont été condamnés à des peines allant de 30 mois de prison à six ans.

 

Située sur la nationale 10, entre Tours et Vendôme, la communauté de communes du Castelrenaudais est surtout connue pour son chef-lieu, Château-Renault. Surnommée la « cité du cuir », cette petite ville de 500 habitants est célèbre pour ses vignes mais aussi et surtout le fameux sainte-maure-de-touraine.

Ce n’est malheureusement pas ce délicieux fromage de chèvre qu’on décidé de consommer et distribuer 5 personnes, ni même l’alléchant Jasnières, un vin blanc sec et fruité, mais plutôt de l’héroïne.

« Le fromage hollandais »

En juin dernier, les gendarmes perquisitionnaient l’appartement d’un jeune couple et y trouvaient plus de 2 kilos d’héroïne, 230 grammes de cocaïne, des produits de coupe et 6 300 euros en petites coupures. Ce résultat est le fruit de six mois d’enquête, faite de surveillances physiques, d’interception téléphoniques, de géolocalisations ainsi que d’auditions multiples.

Cette enquête rondement menée a permis de dévoiler le rôle de chacun dans cette affaire. Les deux locataires de l’appartement, un couple, seraient les « cerveaux ». L’un des deux est d’ailleurs bien connu des services de police pour trafic de stupéfiants. Ils auraient effectué trois courts voyages aux Pays-Bas, entre le mois de janvier et celui de février, et vraisemblablement pas pour acheter du fromage.

Des voyages qui, selon toute vraisemblance, auraient permis d’importer la marchandise pour la revendre ensuite dans la région. D’ailleurs, la location de voitures sportives - Mercedes, BMW et Audi - pour leurs allers-retours fait penser au système de go-fast.

Les cinq personnes interpellées début juin sont passées en comparution immédiate le mercredi 28 octobre, devant de tribunal correctionnel de Tours, après plusieurs renvois et presque trois mois de détention provisoire pour chacun d’eux. Ils ont écopé de peine de prison allant de 30 mois à six ans d’emprisonnement. Le sainte-maure leur aurait coûté moins cher.