Enquêtes

Le GIGN intercepte deux go fast en dix jours

auteur : commandant Céline Morin - publié le
Dans la nuit du 1er au 2 février dernier, l'interception d'un go fast dans le Loir-et-Cher conduit à la saisie de plus de 10 kg de cocaïne, ainsi que du numéraire et à l’interpellation de cinq hommes, mis en examen et placés sous mandat de dépôt.
© S.R. Montpellier

Intervenant en appui des unités enquêtrices, dans le cadre de deux dossiers distincts, les militaires du GIGN ont procédé à l’interception de deux go fast au cours des dix derniers jours, d’abord dans le Loir-et-Cher, dans la nuit du 1er au 2 février, puis dans le Pas-de-Calais, dans la nuit du 10 au 11 février.

Dans la nuit du 10 au 11 février, un convoi de deux véhicules revenant des Pays-Bas est intercepté par le GIGN sur l’A1, dans le Pas-de-Calais.

L’opération est conduite dans le cadre d’une enquête portant sur un trafic d’héroïne et de cocaïne alimentant plusieurs départements de l’Ouest de la France, menée conjointement par la brigade de recherches d’Évreux et la section de recherches de Rouen, avec l’appui du Groupe d’observation et de surveillance (GOS) de Rouen.

Elle permet d’interpeller quatre individus et de saisir plusieurs pains d’héroïne ainsi que du produit de coupe, pour un poids total d’environ 9 kg.

Une autre opération judiciaire est déclenchée simultanément par le groupement de gendarmerie de l’Eure afin d’interpeller les autres membres du réseau et conduire différentes perquisitions dans l’Eure-et Loir et le Val-d’Oise.

Interception d’un convoi sur l’A71

Cette interception intervient 10 jours après la neutralisation d’un autre go fast, dans la nuit du 1er au 2 février dernier, cette fois dans le Loir-et-Cher, dans le cadre d’une enquête visant à démanteler un réseau de trafic de stupéfiants fournissant le département de l’Hérault avec de la drogue en provenance du nord-ouest de la France.

Au terme de minutieuses investigations, conduites par la Section de recherches (S.R.) et le groupe interministériel de recherches de Montpellier, en cosaisine avec la S.R. de Rouen et avec l'appui du GOS de Rouen, les militaires du GIGN, agissant au profit des unités enquêtrices, ont ainsi intercepté un convoi composé d’un véhicule ouvreur et d’un véhicule transportant le chargement de stupéfiants, alors qu’il circulait sur l’A71 en direction du sud.

L’opération a conduit à la saisie de plus de 10 kg de cocaïne, ainsi que du numéraire et à l’interpellation de cinq hommes, mis en examen et placés sous mandat de dépôt.