Enquêtes

Opération musclée pour stopper un trafic de produits dopants sur la toile

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© D.R.

Après plus d’un an d’enquête, les gendarmes de la Section de recherches (S.R.) de Paris sont parvenus à identifier le réseau de production et de vente de stéroïdes qui se cachait derrière un site internet. L’opération judiciaire menée, le 8 septembre dernier, en région toulousaine et au Mans, a permis de démanteler deux laboratoires et d’interpeller sept individus.

C’est un trafic de poids qui vient d’être mis à jour grâce au travail de la S.R. de Paris !

Il y a un an maintenant, les gendarmes de la division atteintes aux personnes formés cyber enquêtent d’initiative sous pseudonyme sur des forums de musculation et découvrent l’existence d’une boutique en ligne d’anabolisants. Le site propose des produits sous la marque « Androgenix » aux membres souhaitant améliorer leur silhouette et leurs performances, mais également des diagnostics et des prescriptions individuelles. Tout est fait pour séduire le client : un site internet d’allure professionnelle, des offres promotionnelles, et une livraison garantie en France et à l’étranger sous 48 heures.

Des produits dangereux pour la santé ... et le porte-monnaie !

Afin de connaître la nature exacte de ces produits, les militaires réalisent un achat de confiance, avec l’autorisation du parquet, en se faisant passer pour un client intéressé. Dès la réception de la commande, l’analyse confirme qu’il s’agit de stéroïdes anabolisants classés substances vénéneuses.

Ces produits interdits à la vente font peut-être prendre de la masse mais font surtout perdre la santé avec des conséquences qui peuvent être dramatiques, d’autant plus en l’absence de suivi médical : infarctus, perte d’un rein, stérilité, etc. En février dernier, une information judiciaire est donc ouverte au Pôle santé publique du tribunal judiciaire de Paris. La direction de l’enquête est confiée à la S.R. de Paris, co-saisie avec l’OCLAESP et la région de gendarmerie Midi-Pyrénées.

À travers leurs investigations, les enquêteurs découvrent l’ampleur du réseau qui produit les dopants puis les vend en France et à l’étranger. Après avoir importé la matière première de Chine, les trafiquants conditionnent eux-mêmes les substances en gélules ou en injectables. Cette phase de fabrication a lieu, sans aucun respect de règle d’hygiène, dans des laboratoires de fortune basés à Toulouse, au Mans et en Corrèze. Enfin, plusieurs intermédiaires se chargent de la vente en ligne.

Le trafic fait gonfler les muscles des clients mais davantage encore les portefeuilles des auteurs : le site enregistrerait plus d’une centaine de commandes par mois, leur rapportant à chaque fois entre 20 000 et 30 000 euros, soit un chiffre d’affaire estimé au total à 300 000 euros  ! Un marché juteux lié également aux effets indésirables des dopants qui permettent d’effectuer des ventes complémentaires d’autres produits censés les amoindrir !

Fin de partie pour les apprentis chimistes

Malgré des transactions et des comptes bancaires à l’étranger, les enquêteurs de la S.R. parviennent à identifier la tête de réseau et ses intermédiaires, la production étant opérée en France et les colis envoyés directement par la poste !

Le 8 septembre dernier, une opération judiciaire est lancée en région toulousaine et mancelle, avec l’appui des gendarmes de Midi Pyrénées et de l’OCLAESP. Les sept trafiquants sont interpellés et les deux laboratoires encore en activité sont démantelés. Au cours des perquisitions, les enquêteurs saisissent plus de 22 000 gélules mais aussi près de 110 000 euros en numéraire et sur les comptes bancaires.

Suspectés de fabrication, d’importation, de trafic de produits dopants, de blanchiment en bande organisée, d’exercice illégale de la pharmacie et d’autres infractions connexes, quatre individus sont mis en examen et placés sous contrôle judiciaire, tandis que les trois autres seront convoqués ultérieurement.

La chasse au trafiquants de stéroïdes s'est conclue par l'interpellation de 25 personnes dans trois pays différents.La chasse au trafiquants de stéroïdes s'est conclue par l'interpellation de 25 personnes dans trois pays différents.

Démantèlement d’un trafic international de stéroïdes anabolisants

C’est l’une des enquêtes les plus musclées de ce début d’année. Le 18 février dernier, après plus de deux ans d’investigation, les gendarmes ont déman..

Lire la suite...