Enquêtes

Pillage de milliers de trésors archéologiques en Savoie

Auteur : Morgane Jardillier - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Près de 3000 objets ont été pillés sur un site classés au patrimoine mondiale.
© D.R.

Un père et son fils sont mis en cause dans une affaire de vols d’objets classés au titre des monuments historiques. Ils avaient amassé, depuis des années, des pièces archéologiques trouvées aux abords d’un site classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

C’est un véritable petit musée archéologique privé qui a été découvert, chez un père et son fils, lors de leur interpellation, lundi 10 février, par les gendarmes de la brigade de Pont-de-Beauvoisin, en Savoie. Près de 3 000 pièces, provenant de pillages aux abords du lac d’Aiguebelette, ont ainsi été découvertes à leur domicile.

Repérés dans une zone interdite

Ce sont les gardes de la réserve naturelle du lac d’Aiguebelette, un site palafittique préhistorique (ensemble de vestiges d’habitations lacustres sur pilotis), classé au patrimoine mondial de l’Unesco, qui ont donné l’alerte en mai 2019.

Après avoir repéré un comportement suspect au bord du plan d’eau, ils rédigent un rapport dans lequel ils signalent une personne se livrant à des pillages dans le lac, et notamment sur un site archéologique classé et protégé particulièrement riche. Il faut dire que les deux hommes, équipés de détecteurs de métaux, avaient l’habitude de longer les abords du lac ou d’effectuer des plongées avec bouteilles pour remonter leurs trésors.

La brigade de Pont-de-Beauvoisin est alors saisie de l’enquête par le parquet de Chambéry pour vols d’objets classés au titre des monuments historiques. Les investigations s’orientent alors vers un père et son fils, respectivement âgés de 43 et 19 ans, résidant au bord du lac et particulièrement passionnés par ce type de fouilles.

Assistés par des experts de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) de Lyon et du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines de Marseille (DRASSM), les gendarmes procèdent, le 10 février, à des perquisitions permettant la découverte de nombreux vestiges.

Près de 3 000 objets découverts

Pointes de flèche, haches, couteaux, statuettes ainsi que pièces de monnaie de grande valeur, datant du néolithique, de l’Âge du Bronze et de l’Antiquité, sont alors découverts au domicile des suspects. Deux embarcations motorisées, deux appareils de détection de métaux et du matériel de plongée avec bouteilles à oxygène sont également retrouvés par les enquêteurs.

En provenance du lac d’Aiguebelette mais aussi de forêts en Savoie, ces découvertes représentent près de vingt années de fouilles. Parmi ces objets figurent même cinq pièces datant des colonies grecques à Marseille.

Près de 3 000 pièces ont ainsi été saisies au cours de l’enquête. Si les experts ne peuvent pas être précis sur l’estimation des objets retrouvés, ils sont formels sur la grande valeur de certaines pièces, pouvant être estimées à des dizaines de milliers d’euros !

Il semblerait que les deux hommes ne se soient livrés à aucun commerce. Placés en garde à vue, ils ont été remis en liberté par le parquet de Chambéry, dans l’attente du rapport d’expertise des pièces saisies, afin de définir la nature des poursuites à leur encontre.