Enquêtes

Rhône-Alpes : interpellations après une série d’attaques de DAB au gaz

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Gendarmerie SR Lyon

Le 17 septembre dernier, une opération judiciaire, conduite par la Section de recherches (S.R.) de Lyon et l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI), a permis d’interpeller quatre individus soupçonnés d’être à l’origine de la destruction de plusieurs Distributeurs automatiques de billets (DAB), en France et en Suisse.

Voilà plus d’un an qu’ils s’attaquaient aux distributeurs en provoquant des explosions… Jusqu’à ce que la gendarmerie s’en mêle et que leurs petites activités finissent par sentir le gaz !

L’argent n’a pas d’odeur

En octobre 2019, une série d’attaques de DAB est constatée, principalement dans le nord de la région Rhône-Alpes, avec en général le même mode opératoire : les auteurs utilisent un mélange gazeux d’oxygène et d’acétylène qui provoque une détonation dès la première étincelle. Cette technique, éprouvée par les malfaiteurs depuis une dizaine d’années, permet de faire exploser la façade, voire d’éventrer le coffre ou même le local technique. Si l’explosion est particulièrement efficace pour nager, tel Picsou, dans les billets de banque, elle n’en demeure pas moins dangereuse pour les auteurs et leur environnement !

Coopération franco-suisse

Si la période du confinement permet de changer pendant un temps d’atmosphère, les explosions reprennent dès la fin mai 2020. Dès lors, la S.R. de Lyon et le détachement de l’OCLDI de Sathonay-Camp, appuyés par les groupements locaux, mettent en place une cellule d’enquête nationale.

Les premières investigations mettent en évidence l’existence d’une bande organisée, issue de la région lyonnaise, qui agirait en France mais aussi en Suisse. Une étroite collaboration s’installe alors entre les gendarmes et la police du canton de Vaud. Grâce aux rapprochements effectués par les enquêteurs, l’équipe est soupçonnée d’être à l’origine de quinze faits de ce type, dont 11 chez nos voisins suisses.

Le 17 septembre dernier, une opération judiciaire d’ampleur est lancée, mobilisant une cinquantaine de gendarmes issus de la cellule d’enquête, de la région de gendarmerie Auvergne-Rhône-Alpes et du GIGN. Trois individus sont interpellés dans la banlieue lyonnaise alors qu’ils revenaient de Suisse et un quatrième est arrêté plus tard dans la journée. Les perquisitions menées par les enquêteurs permettent notamment de saisir, dans un des véhicules, tout le matériel nécessaire pour générer une explosion.

© Gendarmerie SR Lyon

À l’issue des gardes à vue, les quatre mis en cause sont déférés, le 21 septembre dernier, devant le parquet de la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Lyon. Une information judiciaire est ouverte et tous sont placés en détention provisoire. De leur côté, les enquêteurs poursuivent actuellement leurs investigations pour déterminer si d’autres faits ont été perpétrés en France ou à l’étranger.