Enquêtes

Sarthe : les voleurs n’ont pas eu de « pot » !

Auteur : la capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© GGD 72

Ce 27 juillet, les unité du groupement de gendarmerie de la Sarthe ont porté un coup d’arrêt à la recrudescence de vols de pots catalytiques en interpellant cinq individus qui sévissaient dans la région depuis plusieurs semaines.

Cette année encore, la Sarthe a été touchée par une série de vols de pots catalytiques.

Alertés mi-juillet de la présence sur leur territoire d’une équipe s’attaquant à ces pièces automobiles, les gendarmes du département constatent les premiers vols le 20 juillet. Rapidement, leur nombre s’élève à 87, pour un préjudice estimé à plus de 200 000 euros. Agissant de nuit, les auteurs démontent proprement les pots des véhicules, ciblant particulièrement ceux de marque Renault, en vue de les revendre ultérieurement à l’étranger. Leurs principales victimes sont les sociétés et les garages automobiles.

La tentative de trop !

Dans la nuit du 27 juillet, les gendarmes de la Sarthe interviennent à la suite d’un déclenchement d’alarme chez un concessionnaire automobile situé à Écommoy (72). À leur arrivée sur les lieux, cinq individus, qui tentaient de commettre un vol, prennent la fuite. Dans la précipitation, ils abandonnent leur véhicule sur place. Une aubaine pour les enquêteurs qui font le rapprochement avec le véhicule aperçu lors d’un vol de pots catalytiques commis quelques jours auparavant au sein du même établissement.

Les cinq suspects sont interpellés quelques heures plus tard, alors qu’ils errent dans la commune d’Écommoy, et placés en garde à vue par la Brigade de recherches (B.R.) de Le Mans, en charge de l’enquête regroupant l’ensemble des faits. Leur véhicule est perquisitionné. Les enquêteurs y trouvent notamment des téléphones portables, de l’argent liquide, de l’outillage et des matelas. Mais aucune trace des pots catalytiques.

Lors des auditions, l’un des mis en cause reconnaît avoir caché le butin dans des communes avoisinantes, avec l’aide des quatre autres gardés à vue. Au total, quarante-six pots catalytiques sont retrouvés par les enquêteurs, soit l’équivalent d’une jolie somme, puisqu’un seul pot coûte plusieurs centaines d’euros. Jugés en comparution immédiate le 31 juillet pour les faits de vol en réunion et par escalade, les cinq individus, originaires des pays de l’Est, sont condamnés à 9 et 11 mois d’emprisonnement et maintenus en détention.

Un phénomène répandu

Grâce à la réactivité des gendarmes, l’affaire a rapidement été élucidée et les auteurs remis aux mains de la justice. Mais la Sarthe n’est pas la seule victime de cette délinquance. Au cours de la même période, des faits similaires ont été constatés dans d’autres départements des régions des Pays-de-la-Loire et du Centre-Val-de-Loire. Plus généralement, ce phénomène s’observe régulièrement au niveau national. Objets à forte valeur ajoutée, notamment en raison de la présence de métaux précieux, tels que le platine, dans leur composition, les pots catalytiques sont en effet la cible fréquente de groupes organisés, qui les revendent ensuite à l’étranger.