Enquêtes

Seine-et-Marne : interpellation de deux auteurs de vols à la « fausse qualité » au préjudice de personnes âgées

Auteur : la capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© MI DICOM - J. Groisard

Même puni de cinq ans d’emprisonnement et de 357 000 euros d’amende, le Vol à la « fausse qualité » (VFQ) reste fréquent. Agent du gaz, employé municipal, gendarme ou policier… Autant de qualités qui sont utilisées frauduleusement pour escroquer les personnes vulnérables. Et les personnes âgées en sont les premières victimes !

Fin juillet, la Section de recherches (S.R.) de Paris et le Groupement de gendarmerie départementale (GGD) de Seine-et-Marne ont ainsi mis un terme aux agissements d’un couple qui usait de ce stratagème dans le département. Les deux auteurs ont été interpellés en flagrant délit, moins de quinze jours après que les premiers faits ont été constatés.

L’affaire débute à la mi-juillet, le 18 très exactement, quand un homme et une femme se faisant passer pour des policiers en civil arrêtent un automobiliste de 75 ans, dans le nord de la Seine-et-Marne. Ils lui indiquent qu’il a commis un excès de vitesse. Mais l’objet de ce contrôle n’est pas de réprimer une infraction : les deux individus ont pour but de dérober la carte bleue du conducteur et de recueillir son code confidentiel, ce qu’ils font grâce à un subterfuge. Ils les utilisent ensuite pour effectuer des retraits d’argent et divers achats.

Saisis de l’enquête, les gendarmes de la brigade territoriale autonome de Dammartin-en-Goële (77) mènent des investigations qui aboutissent à l’identification du véhicule utilisé par les malfaiteurs.

Une interpellation en flagrance

Le 20 juillet, le département de Seine-et-Marne compte déjà, à lui seul, quatre faits commis selon un mode opératoire similaire. S’y ajoute également un autre vol commis dans les Hauts-de-Seine. Face à cette recrudescence, le parquet de Meaux co-saisit la S.R. de Paris et le GGD de Seine-et-Marne pour y mettre un terme.

Une semaine s’écoule sans qu’aucun nouveau fait ne soit signalé. Mais le 30 juillet, l’équipe de malfaiteurs refait surface et commet un nouveau vol, cette fois dans le Val-de-Marne, au préjudice d’une personne de 90 ans.

Les enquêteurs mettent alors immédiatement en place un dispositif de surveillance à Esbly (77), où le véhicule a été localisé. Rapidement, et grâce à la réactivité des gendarmes, les deux individus sont interpellés en flagrance alors qu’ils s’apprêtent à passer à l’acte.

Les enquêteurs procèdent alors à des perquisitions à leur domicile et dans le véhicule et découvrent les sommes de 1 360 euros et 273 livres en numéraire, cinq smartphones ainsi qu’une carte bancaire dérobée à une personne âgée dans le Nord. À l’issue de leur garde à vue, les deux mis en cause sont jugés en comparution immédiate le 4 août, pour six faits de VFQ commis en Île-de-France.

L’enquête se poursuit

D’autres faits ayant été constatés sur l’ensemble du territoire ainsi qu’à l’étranger, les investigations se poursuivent afin d’identifier d’autres victimes potentielles. Les techniques d’enquête mises en œuvre par les gendarmes devraient ainsi permettre de déterminer si d’autres faits peuvent être imputés aux deux personnes mises en cause dans cette affaire.