Enquêtes

Trois trafics de stupéfiants démantelés dans les Côtes-d'Armor

Auteur : le groupement de gendarmerie départementale des Côtes-d'Armor - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© GGD 22

Beaux coups de filet en série dans les Côtes-d'Armor, où le démantèlement de trois trafics de stupéfiants par les militaires des compagnies de Guingamp, Dinan et Saint-Brieuc a permis l'interpellation de 27 individus, dont cinq ont été immédiatement placés sous écrou, et la saisie de plusieurs milliers d’euros en numéraire et en produits stupéfiants.

Si la crise sanitaire mobilise quotidiennement les forces de l'ordre, au même titre que la lutte contre les violences conjugales, le renforcement de la sécurité à l'occasion des fêtes de fin d'année, ou encore la sécurité dans les transports, les gendarmes des Côtes-d'Armor poursuivent également la lutte contre les trafics de stupéfiants. Leur engagement vient d'être une nouvelle fois payant, avec le démantèlement, ces derniers jours, de trois trafics de stupéfiants par les militaires des compagnies de Guingamp, Dinan et Saint-Brieuc.

16 interpellations sur le secteur de Guingamp

Dès février dernier, les gendarmes de la brigade de Belle-Isle-en-Terre entament des investigations visant à identifier un trafic de stupéfiants alimentant le secteur de Guingamp et impliquant de nombreux individus en qualité de vendeurs et/ou de consommateurs.

Après plusieurs mois d'enquête, permettant de matérialiser les faits, une opération de police judiciaire, mobilisant 47 gendarmes, dont deux équipes cynophiles spécialisées dans la recherche de produits stupéfiants, est déclenchée le 15 décembre dernier. Seize personnes sont interpellées, plus particulièrement sur la commune de Saint-Fiacre, dont cinq dans le cadre d'une mesure de garde à vue.

Lors des différentes perquisitions, les gendarmes saisissent 1 400 euros, 1 300,88 gr d’héroïne, 7,02 gr de cocaïne, plus de 1 500 gr d'herbe et de résine de cannabis, 14 téléphones portables. Un véhicule est également saisi et fait l'objet d'une confiscation judiciaire.

À l'issue des gardes à vue, deux des principaux instigateurs du trafic, originaires de Saint-Fiacre et de Tonquedec, sont déférés au Parquet de Saint-Brieuc. L'un des individus est condamné à 36 mois d'emprisonnement, dont 9 avec sursis, et placé sous mandat de dépôt. Le second écope d'une peine de 18 mois de prison, dont 8 avec sursis, sans incarcération immédiate. Les autres mis en cause font l'objet d'ordonnances pénales.

Trafic local à Dinan

À Dinan, un trafic local de stupéfiants est signalé aux gendarmes au mois d'avril dernier. L'enquête conduite par les militaires de la compagnie de Dinan permet de confirmer son existence. Organisé localement depuis juillet 2019, il implique cinq individus, acteurs principaux dans la revente de cannabis et de cocaïne.

Une opération de police judiciaire est déclenchée le 8 décembre dernier, afin d'interpeller les cinq mis en cause. Elle permet également d'impliquer une vingtaine de clients pour usage régulier de produits stupéfiants. Les perquisitions permettent la découverte de 150 grammes d'herbe et de résine de cannabis et plus de 200 euros.

À l'issue de sa garde à vue, le principal mis en cause, originaire de Trélivan, est déféré au Parquet de Saint-Malo. Il est condamné à une peine de 18 mois d'emprisonnement, dont 12 ferme. Les autres mis en cause ainsi que les usagers identifiés font l'objet de convocations ultérieures en justice.

Saint-Brieuc : stupéfiants et autres activités illicites

Enfin, c'est en août 2020 que les gendarmes de la compagnie de Saint-Brieuc initient une enquête sur un trafic de produits stupéfiants (cannabis, héroïne et cocaïne) touchant l'ensemble du département des Côtes-d'Armor. Ils mettent rapidement en évidence un trafic quotidien suffisant pour alimenter une économie souterraine mêlant diverses activités illicites, de type ventes et réparations non déclarées de véhicules automobiles, contrebande de tabac et contrefaçon de vêtements.

Le 14 décembre, une opération de police judiciaire mobilisant 35 gendarmes est déclenchée sur le secteur de Le Mené. Six individus sont interpellés simultanément, puis placés en garde à vue. Les perquisitions effectuées à leurs domiciles respectifs permettent la saisie de plus de 2 000 euros en numéraire, de près de 100 gr de résine de cannabis, de la cocaïne et de l'héroïne, ainsi qu'une chambre de culture de cannabis. Un véhicule est également saisi. Une quinzaine de consommateurs sont perquisitionnés et auditionnés dans le même temps sur le secteur de Le Mené.

Le 16 décembre, les trois principaux mis en cause sont présentés devant le procureur de la République de Saint-Brieuc. Jugés en comparution immédiate, ils écopent chacun d'une peine de 18 mois d'emprisonnement ferme et sont écroués à l'issue du jugement.