Enquêtes

Un important trafic d’héroïne démantelé dans le grand ouest

Auteur : la rédaction avec le groupement de gendarmerie départementale des Côtes-d'Armor - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© GGD 22

Au terme d’une enquête conduite depuis 2016 par la brigade de recherches de Saint-Brieuc, une opération judiciaire mobilisant 150 gendarmes a mis un terme à un trafic d’héroïne sévissant dans le grand ouest. Quinze personnes ont été interpellées, vendredi 22 mai, dans plusieurs départements. Les enquêteurs ont notamment saisi plus 67 000 euros au titre des avoirs criminels.

Les militaires des groupements de gendarmerie départementale des Côtes-d’Armor, d’Ille-et-Vilaine, du Morbihan, du Finistère, de Loire Atlantique, de Seine-Maritime et de l’Eure, renforcés par des gendarmes mobiles, viennent de mettre un coup d'arrêt à un important trafic de stupéfiants alimentant le grand ouest.

Mobilisant près de 150 gendarmes, l'opération judiciaire, lancée simultanément, vendredi 22 mai, au petit matin, dans plusieurs départements du grand ouest, a en effet conduit à l'interpellation de quinze personnes soupçonnées d’avoir écoulé plusieurs kilos d’héroïne.

Ce vaste coup de filet vient clore une enquête judiciaire complexe, menée depuis 2016 sous commission rogatoire par la brigade de recherches de Saint-Brieuc.

Les perquisitions effectuées ont notamment permis la saisie de 700 gr d’héroïne, 140 gr de cocaïne, 240 gr de cannabis, 363 doses de méthadone, 7 200 euros en numéraire, deux armes de poing de calibre 7,65 mm ainsi qu'un lot de cartouches, deux fusils de chasse, une matraque électrique et un véhicule. En parallèle, les enquêteurs ont procédé à la saisie de plus de 60 000 euros sur les comptes bancaires des principaux suspects.

Mises en examen ce lundi 25 mai par le juge d’instruction, dix personnes ont été présentées devant le magistrat instructeur. Sept d’entre elles ont fait l’objet d’un placement en détention provisoire et trois autres ont été remises en liberté sous contrôle judiciaire.