Enquêtes

Un trafic d’animaux démantelé en Moselle : cinq interpellations et 71 chiots retrouvés

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© D.R.

Après une enquête de plus d’un an, les gendarmes de la brigade de recherches de Sarreguemines, avec l’appui de la section de recherches de Metz et du groupe d’intervention régional de Lorraine, ont retrouvé 71 chiots au domicile d’un homme qui se livrait à un trafic d’animaux, dont le bénéfice est estimé à 400 000 euros.

C’est un délit routier qui a attiré le regard des gendarmes sur un automobiliste, qui se trouvait être à la tête d’un vrai trafic d’animaux !

Alors qu’ils étaient en mission de contrôle au bord de la route, un individu refuse d’obtempérer. Les militaires constatent l’infraction et poussent leurs investigations sur les habitudes de consommation de cet homme, qui semble mener un train de vie ne correspondant pas du tout à ses déclarations fiscales.

Les enquêteurs pensent d’abord à un trafic de stupéfiants sous couvert de la gestion d’une société. Rapidement, ils constatent que le gérant propose, en réalité, des petites boules de poils tout aussi addictives.

Par le biais d’annonces sur le site Leboncoin, il vend des chiots de races recherchées, à des prix assez élevés, laissant penser aux acheteurs qu’ils proviennent bien d’un élevage conforme. Néanmoins, sur internet, plusieurs acheteurs se plaignent d’avoir récupéré les animaux en mauvaise santé ou sans leurs documents.

Après plus d’un an d’investigations, une perquisition est menée chez l’individu, le 5 février dernier, dans le pays de Bitche.

Les militaires y découvrent 71 chiots de différentes races : spitz, bichons, bulldogs français, etc.

S’ajoutant à des comptes bancaires bien remplis, 10 000 euros sont retrouvés cachés dans la cave de l’habitation.

D’autres perquisitions ont lieu simultanément dans le Haut-Rhin, donnant lieu à la saisie de plusieurs véhicules de luxe, notamment une Lamborghini Aventador jaune, n’aidant décidément pas à se faire discret sur la route.

Les gendarmes estiment ainsi le total des avoirs criminels à 400 000 euros.

Cinq personnes ont été interpellées dans le cadre de ce trafic et le principal mis en cause a été écroué.

Un refuge de la Société Protectrice des Animaux (SPA) a pris en charge les 71 chiots, qui pourront être proposés à l’adoption après une période de quarantaine.

Les investigations se poursuivent pour déterminer l’ampleur de ce trafic.