Enquêtes

Une équipe de braqueurs interpellée sur l’autoroute A13 par le GIGN

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Le butin d’une valeur de 31 000 € a été saisi suite à l'interpellation.
© SR Versailles

L’enquête menée par la section de recherches de Versailles et le groupement de gendarmerie départementale des Yvelines a permis l’arrestation des auteurs de deux braquages à main armée, en avril dans les Yvelines et en mai dans le secteur de Rouen.

Mercredi 27 mai dans l’après-midi, près de Rouen, deux hommes pénètrent dans une bijouterie, attachent la gérante, vident les présentoirs des montres et bijoux, avant de prendre la fuite... Sans savoir qu’ils étaient surveillés par deux enquêteurs de la Section de recherches (S.R.) de Versailles et immédiatement jalonnés par les gendarmes du Groupe d’observation et de surveillance d’Île-de-France (GOSIF).

Un mois plus tôt, le 23 avril, les mêmes individus avaient commis un vol à main armée dans un supermarché des Yvelines. Agissant le visage dissimulé, porteurs d’une arme de poing et d’un taser, ils avaient séquestré sept employés, ainsi que le vigile, avant de prendre la fuite avec les 30 000 € entreposés dans le coffre-fort.

L’enquête avait été confiée à la S.R. de Versailles et au Groupement de gendarmerie départementale (GGD) des Yvelines. « Nous avons rapidement identifié et localisé le véhicule utilisé lors du casse, explique le colonel Hubert Percie du Sert, commandant la S.R. de Versailles. Nous avons mis en place des surveillances avec lappui du GOSIF et du GIGN. »

« Un changement de leur schéma de fonctionnement »

C’est donc au cours d’une de ces surveillances que les enquêteurs de la S.R. de Versailles détectent que les individus viennent de commettre un second braquage en Seine-Maritime. « Nous pensions quils effectuaient des repérages en vue dun futur braquage dans un autre centre commercial, mais ils ont changé leur schéma habituel de fonctionnement, poursuit le colonel. Leur comportement en sortie de zone nous a indiqué quils avaient commis un casse. Dès la confirmation du vol, nous avons déployé un dispositif dinterception. »

Pris en compte dans un premier temps par le GOSIF, le véhicule est intercepté, dans l’Eure (27), en déplacement sur l’autoroute A13, par les hommes du GIGN, moins d’une heure après le braquage. Les malfaiteurs sont interpellés et leur butin, d’une valeur de 31 000 €, saisi. Les enquêteurs de la S.R. de Rouen et du GGD de la Seine-Maritime (76) ont apporté leur appui dans les actes d’enquête réalisés.

Les deux hommes ont été mis en examen pour vol en bande organisée et association de malfaiteurs, et placés en détention provisoire. Leurs complices sont activement recherchés.