Enquêtes

Yvelines : démantèlement d’un trafic international de pièces automobiles

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© D.R.

Ils volaient des Peugeot 3008 et 5008 dans les Yvelines et les revendaient, en pièces détachées, en Pologne ! Le 26 mai dernier, une opération judiciaire mobilisant près de 150 gendarmes et policiers a permis l’interpellation de quatre suspects.

Imaginez, vous stationnez votre Peugeot dernier modèle dans la rue. Vous prenez soin de la verrouiller et partez faire vos courses. Mais à votre retour, elle a littéralement disparu sans laisser de trace ! Le temps d’aller déposer plainte, celle-ci a peut-être déjà traversé la frontière, découpée en morceaux…

Ni vu, ni connu

C’est le sort qui a été réservé à une cinquantaine de véhicules en région parisienne depuis le début du mois de novembre 2019. Le préjudice s’élèverait ainsi à près d’un million d’euros ! En 2019, la compagnie de gendarmerie de Saint-Germain-en-Laye ouvre une enquête préliminaire après avoir constaté le vol de plusieurs SUV Peugeot dans le secteur. À travers les rapprochements, les enquêteurs s’aperçoivent que le mode opératoire est toujours le même : les malfaiteurs repèrent le modèle qui les intéresse dans la rue, puis en quelques minutes à peine ils l'ouvrent et le démarrent grâce à un système de piratage électronique. Et quoi de plus normal pour les témoins susceptibles de se trouver aux abords qu’une personne récupérant ainsi son véhicule ?

Des Yvelines à la Pologne

En janvier 2020, la Section de recherches (S.R.) de Versailles et l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) s’associent à la compagnie de Saint-Germain-en-Laye, afin de former une cellule nationale d’enquête. Après de nombreuses surveillances et grâce à la mise en place de techniques spéciales d’enquête, autorisées par le parquet de Versailles, les enquêteurs comprennent le cheminement suivi par les véhicules.

© D.R.

Juste après les vols, les voitures sont discrètement acheminées à proximité de Vernouillet afin d’être désossées, avant de prendre la direction de la Pologne, pour être vendues en pièces détachées.

© D.R.

Les receleurs se chargent d’effectuer le transport entre les deux pays. À travers leurs investigations, les gendarmes parviennent à identifier les voleurs et démontrent leur implication dans ce trafic international.

Une opération d’envergure

Reste encore à interpeller cette équipe chevronnée au terme de l’enquête ! Le 26 mai dernier, 150 gendarmes et policiers sont mobilisés, parmi lesquels les PSIG du département, les Pelotons d’intervention (P.I.) de la Garde républicaine, un escadron de gendarmerie mobile, l’IRCGN, la Brigade de sûreté urbaine (BSU) et la Brigade anti-criminalité (BAC) de Conflans-Sainte-Honorine. Cet important dispositif permet d’interpeller les quatre principaux suspects dans le secteur de Verneuil-sur-Seine et ses environs. À l’issue des gardes à vue, ils sont présentés au Tribunal de Grande Instance de Versailles, puis mis en examen pour vols en bande organisée et association de malfaiteurs. Trois d’entre eux ont été placés en détention provisoire, tandis que le quatrième a été laissé libre sous contrôle judiciaire. Les enquêteurs poursuivent à présent leurs investigations dans le cadre d’une information judiciaire.