Enquêtes

Bretagne : opération stupéfiante pour mettre fin à un trafic d’héroïne

Auteur : Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© GGD35

Début octobre, les enquêteurs de la gendarmerie d’Ille-et-Vilaine, appuyés par plus d’une centaine de militaires, ont mis fin à un important trafic d’héroïne en démantelant un réseau qui sévissait sur plusieurs départements.

En juin 2019, à Rétiers (Ille-et-Vilaine), les gendarmes découvrent la somme de 5 000 euros leur semblant en lien avec un trafic de produits stupéfiants. Une enquête préliminaire est alors ouverte par la Brigade de recherches (B.R.) de Vitré. Deux ans plus tard, en juin 2021, une co-saisine avec le Groupe stupéfiants de la compagnie de gendarmerie départementale de Rennes est décidée, celui-ci détenant des informations sur un important trafic d’héroïne organisé en Ille-et-Vilaine et dans les départements limitrophes.

Pendant plusieurs mois, les enquêteurs vont mener des investigations tant physiques que techniques, permettant de détecter la réalisation de trajets d’approvisionnement auprès de clients, eux-mêmes revendeurs de ce produit. Face à l’accumulation d’éléments de preuve permettant de matérialiser l’existence du trafic, une vaste opération judiciaire est menée mardi 5 octobre dernier. Quelque 150 militaires des groupements de gendarmerie départementale d’Ille-et-Vilaine, de la Manche, de l’Indre-et-Loire, de la Mayenne, de la Vienne et de l’antenne GIGN de Caen sont alors engagés pour procéder aux interpellations des principaux organisateurs. Celles-ci se déroulent à Ducey-les-Chéris, Saint-Hilaire-du-Harcouët, Landéan, Vern-sur-Seiche, Dol-de-Bretagne, L’Hermitage ainsi qu’à Messemé, soit dans trois départements.

8 kg d’héroïne saisis

À l’issue de cette opération, neuf individus sont placés en garde à vue. Une quinzaine de clients des revendeurs ont également été entendus dans plusieurs départements. Les perquisitions ont quant à elles permis la saisie de près de 8 kg d’héroïne, 100 gr de cannabis, environ 38 000 euros en numéraire et des armes. Six véhicules ainsi que 51 000 euros sur un compte bancaire ont également été saisis par les enquêteurs.

© GGD35

Les réponses pénales ont été données en fonction du degré d’implication des mis en cause. Trois d’entre eux ont été laissés libres à l’issue de leur garde à vue et convoqués en justice dans le cadre d’une Comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) pour trafic de stupéfiants (détention, acquisition, transport, offre et cession d’héroïne) et usage d’héroïne. Les six autres ont été déférés au parquet de Rennes le 8 octobre, dans le cadre d’une comparution différée prévue les 6 et 7 décembre prochains.

Quatre mis en cause ont été placés en détention provisoire en attente de l’audience et deux autres sont sous contrôle judiciaire.

Ils sont poursuivis des chefs de trafic de stupéfiants, outre le délit de détention d’armes de catégorie C pour l’un, et un autre au titre de la complicité de trafic de stupéfiants par aide ou assistance et la non-justification de ressources en relations habituelles avec des auteurs de trafic de stupéfiants.

À l’issue de cette belle opération, le procureur de la République de Rennes a tenu à saluer le travail remarquable mené par les enquêteurs, qui a permis de mettre à jour cet important trafic et a mené à des saisies très significatives, à la fois en produits stupéfiants et en avoirs criminels.