Enquêtes

Coopération européenne : fin du voyage pour un groupe organisé criminel roumain

Auteur : Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
Photo d'illustration
© DICOM - J. Rocha

Fin novembre, un groupe organisé composé d’une trentaine de ressortissants roumains a été démantelé par les enquêteurs français, allemands et roumains, avec le concours d’Europol et d’Eurojust.

 

 

En février 2021, l’Escadron départemental de sécurité routière (EDSR) du Loiret et la Section de recherches (S.R.) d’Orléans constate l’existence d’un phénomène de vol de fret sur les principales aires de l'autoroute A10. Sous l’autorité du tribunal judiciaire d’Orléans, une enquête est ouverte par les enquêteurs du département et la S.R. pour ces faits, visant principalement l’alcool et les petits électroménagers. Au fil des investigations, il apparaît que cette forte activité est le fruit d’un groupe criminel organisé originaire de Roumanie, spécialisé dans le vol de produits à forte valeur ajoutée et destinés à être revendus dans ce pays par une filière de recel.

L’activité ne se cantonne toutefois pas aux frontières françaises. Rapidement, le caractère transfrontalier du trafic est mis en exergue, les auteurs sillonnant les principaux axes de circulation entre la France, l’Allemagne et la Roumanie. Une cellule d’enquête est alors mise en place et les échanges d’information entre les trois États organisés par l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI).

Une activité légale comme alibi

Les mis en cause disposent d’une activité professionnelle légale, celle de chauffeur routier. Pratique comme alibi ! Ils pouvaient alors justifier leur présence sur les routes entre la Roumanie et la France, prétextant effectuer des livraisons. Au cours de leur périple, ils se réunissaient ainsi sur des aires de repos préalablement identifiées et commettaient leurs crimes, ouvrant les bâches des remorques des véhicules stationnés pour en voler la marchandise.

Des précautions avaient même été prises pour passer sous les radars des forces de l’ordre ! Outre l’utilisation d’une logistique particulière, les auteurs contrôlaient régulièrement leurs propres véhicules afin de veiller à ce qu’ils ne soient pas équipés de moyens de détection permettant de retrouver leur trace. Face à ces manœuvres, des drones ont été engagés pour permettre la localisation des criminels. Des enquêteurs allemands et français étaient par ailleurs positionnés en Roumanie pour les journées d’action.

Un dossier d’envergure

L’enquête menée par les enquêteurs, avec le concours d’Europol et d’Eurojust, est sans précédent. Plus d’une centaine de faits commis en Allemagne et plus d’une vingtaine en France ont été recensés. Et cela sans compter les vols n’ayant pas fait l’objet de signalement de la part des victimes ! La valeur totale des biens dérobés est par ailleurs estimée à 2,5 millions d’euros.

Au total, 26 interpellations ont eu lieu, principalement en Roumanie et en Allemagne. 11 individus ont également été arrêtés dans le cadre de mandats d’arrêt européen, 7 émis par la France et 4 par l’Allemagne. Les perquisitions se sont tenues dans 58 sites en Allemagne et en Roumanie, avec le concours d’une équipe d’enquêteurs français, appartenant à l’OCLDI et à la S.R. d’Orléans.

Au terme de cette enquête, qui a mobilisé pendant plus de dix mois une dizaine enquêteurs français spécialisés et des personnels des unités de sécurité routière du Loiret, les individus seront présentés aux autorités judiciaires françaises dans les semaines à venir en application des mandats d'arrêt européens.

Le soutien d’Europol et d’Eurojust

Europol a fourni un soutien à l’opération d’interpellation en tant que coordinateur des journées d’action et en assurant le traitements des données et l’analyse du renseignement. L’organisation a également déployé des agents en Roumanie, en soutien des enquêteurs français et allemands. De son côté, Eurojust a assisté les autorités dans la mise en place et le financement d’une équipe commune d’enquête et a permis la coopération et la coordination judiciaires transfrontalières.