Enquêtes

Extinction des feux : démantèlement d’un trafic de cigarettes alimentant l’Ouest de la France

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© D.R.

La coopération entre les services d’enquête régionaux, nationaux et même européens a permis de mettre un terme à un trafic qui aurait déjà généré l’importation de 75 tonnes de cigarettes de contrebande. Le 11 avril dernier, quatre individus ont été mis en examen et écroués.

Fin 2020, tandis que le paquet de cigarettes dépassait la barre symbolique des 10 euros, afin de lutter contre le tabagisme en France, les forces de l’ordre découvraient dans le même temps l’existence d’un trafic de cigarettes de grande ampleur alimentant tout l’Ouest du pays.

Pour suivre les signaux de fumée, les enquêteurs de la Section de recherches (S.R.) de Nantes se sont associés au service d’enquête judiciaire des finances de l’agglomération, au Groupe interministériel de recherches (GIR), au Groupement de gendarmerie départementale de Loire-Atlantique (GGD 44), ainsi qu’à l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI).

Travaillant sous l’égide de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Bordeaux et avec l’appui d’Europol, les enquêteurs parviennent à déterminer que des individus originaires d’Europe de l’Est, particulièrement mobiles, louent des box dans diverses grandes villes de France (Nantes, Bordeaux, Montpellier et Béziers). Ils y stockent ainsi plusieurs tonnes de cartouches permettant d’alimenter les grossistes locaux.

© D.R.

Le 9 avril dernier, une opération judiciaire d’ampleur est lancée en différents points du territoire national (Nantes, Rodez et Montpellier), afin d’interpeller sept individus impliqués. Les perquisitions effectuées dans les fameux box permettent de saisir près de cinq tonnes de cigarettes contrefaites, 37 300 euros en liquide et deux véhicules.

Deux jours plus tard, à l’issue des gardes à vue, quatre des sept personnes arrêtées sont présentées à la JIRS de Bordeaux pour une mise en examen, avant d’être toutes placées en détention provisoire.