Enquêtes

Finistère : 200 kilos de pouces-pieds repêchés par les gendarmes

Auteur : CABCOM RGBRET - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© COB AUDIERNE
Les gendarmes de la Communauté de brigades d’Audierne et les réservistes du poste estival ont réalisé une importante saisie de pouces-pieds, des crustacés dont la pêche est limitée à trois kilogrammes par personne.

Samedi 14 août, les gendarmes de la Communauté de brigades d’Audierne (CoB), dans le Finistère, et leurs camarades réservistes en renfort dans le cadre du Dispositif estival de protection de la population (DEPP), interceptent un véhicule sur la commune de Plogoff, après un refus d’obtempérer.

Les militaires constatent que les occupants du véhicule, deux ressortissants espagnols et un ressortissant moldave, sont trempés de la tête aux pieds. Ils soupçonnent alors rapidement de se trouver en présence de « braconneurs » d’une espèce de crustacé particulière et très prisée des espagnols, le pouce-pied, dont la pêche est limitée à trois kilogrammes par personne.

Leurs doutes sont confirmés par la découverte dans le coffre de la voiture de onze sacs, représentant 200 kilogrammes de pouces-pieds, fraîchement récoltés à proximité des ports abris de Feunteun Aod et Bestrée, à Plogoff.

250 € le kilo en Espagne

Ce crustacé est régulièrement la cible de bandes organisées qui sévissent sur la côte morbihannaise et finistérienne. Moins connu en France, le kilogramme de pouces-pieds se revend pourtant en Espagne environ 250 € le kilo.

Les auteurs de ces pêches illégales n’hésitent pas à prendre de gros risques pour en récupérer le maximum, alors qu’il s’agit d’une espèce fragile à croissance lente et possibilité d'implantation réduite en raison d'exigences écologiques fortes.

Les trois mis en cause ont été entendus, avec l’assistance des enquêteurs de la Brigade nautique (B.N.) de La-Forêt-Fouesnant et des Affaires maritimes. Laissés libres, ils sont dans l’attente d’une décision judiciaire. Leur véhicule ainsi que leur cargaison ont été saisis.

« Cette belle prise illustre la pertinence des contrôles mis en place cet été sur le secteur du Cap-sizun  pour lutter contre les atteintes aux biens et à l'environnement », estime le chef d’escadron (CEN) Jean-Baptiste Bellot, commandant la Compagnie de gendarmerie départementale (CGD) de Quimper.