Enquêtes

Go-fast : un réseau de trafic de stupéfiants démantelé dans le sud-ouest

Auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Photo d'illustration.
© Gendarmerie nationale

Une nouvelle opération a été lancée le 12 octobre dernier dans le cadre de l'enquête pour trafic de stupéfiants conduite depuis bientôt un an par la section de recherches et la compagnie de gendarmerie de Pau. Bénéficiant notamment de l'appui du GIGN central, elle a permis d'interpeller cinq suspects lors de la remontée d'un convoi depuis l'Espagne. 42 kg de résine de cannabis, trois véhicules, une arme à feu et une presse à cocaïne ont été saisis.

Il faut remonter plusieurs mois en arrière, plus exactement en décembre 2020, pour se retrouver aux prémices de ce dossier d'envergure. À cette date, la gendarmerie démantèle un trafic de cocaïne sévissant sur le secteur de Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques. Les enquêteurs saisissent alors 1,3 kg de cocaïne et 20 000 euros.

Débute alors une enquête sur le fournisseur du réseau. Les investigations, menées par la Section de recherches (S.R.) de Pau, renforcée par des militaires de la compagnie de la ville, permettent de remonter la piste d'un individu défavorablement connu. Domicilié sur Toulouse, celui-ci organise des convois de stupéfiants depuis le sud de l’Espagne ou la région parisienne.

Une première opération est lancée en juin 2021 et conduit à l’interpellation d’un revendeur et à la saisie de 14 000 euros.

Après l’identification de ses complices, grâce à un travail minutieux d'observation et de surveillance, impliquant des unités spécialisées de Toulouse et Bordeaux, et un important travail d'analyse criminelle, une seconde opération est menée le 12 octobre dernier.

Déclenchée avec le concours du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale de Satory (GIGN), du Groupe d'observation et de surveillance (GOS) de Bordeaux, des militaires des groupements de gendarmerie des Pyrénées-Atlantiques et de Haute-Garonne, ainsi que des unités cynophiles, elle permet l’interpellation de cinq objectifs, trois sur l’A64 et deux dans la région toulousaine, à l'occasion de la remontée d'un convoi depuis Malaga, en Espagne.

Cette phase opérationnelle permet de souligner la capacité de montée en puissance du dispositif, l'excellente interopérabilité entre les différentes unités de gendarmerie engagées et la capacité de suivi et d'interception de convois de stupéfiants, y compris dans des conditions particulièrement délicates.
Lors de cette opération, 42 kg de résine de cannabis, trois véhicules, une arme à feu et une presse à cocaïne ont été saisis.