Enquêtes

Grand Est : huit voleurs de GPS agricoles sous les verrous

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Tous droits réservés

L’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et la Section de recherches (S.R.) de Reims, avec l’appui des unités territoriales de la région Grand Est, du Groupe d’observation et de surveillance (GOS) et de l’antenne GIGN de Reims, ont démantelé un groupe criminel spécialisé dans le vol de matériel agricole.

Les premiers vols sont signalés dans le département de la Meuse en octobre 2020, mais rapidement, tout le Grand Est se retrouve concerné. Les délits portent sur des GPS et des outils agricoles, mais aussi des produits phytosanitaires et du carburant. Une recrudescence de faits atypiques, caractéristique d’une délinquance sérielle. Le suivi des plaintes va ainsi permettre de répertorier une quarantaine de faits, pour un préjudice estimé à plus de 400 000 euros.

Les GPS agricoles sont des outils devenus incontournables, permettant de semer avec une précision d’une dizaine de centimètres, ou d’optimiser l’usage de produits phytosanitaires. Ils constituent un investissement onéreux pour les exploitants, et sont malheureusement assez faciles à voler.

Des périples d’une semaine

L’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et la Section de recherches (S.R.) de Reims sont chargés de conduire les investigations. Avec l’appui des différentes unités territoriales impactées et des Groupes d’observation et de surveillance (GOS) de Reims et de l’OCLDI, d’importants moyens d’investigation sont mis en œuvre. Un groupe de huit individus d’origine roumaine, ainsi que leurs véhicules, sont identifiés et placés sous surveillance.

Les gendarmes vont déterminer le mode opératoire, la logistique, les lieux d’hébergement. Les malfaiteurs agissent au cours de périples d’une semaine, avec des repérages en journée et des cambriolages de nuit, puis quittent le territoire pendant plusieurs semaines avant de revenir.

Leur interpellation s’est déroulée jeudi 8 avril, au lendemain du quatrième de ces périples, dans le but de surprendre les voleurs en flagrant délit, avant un possible départ vers l’étranger. Étaient engagés sur le dispositif une quarantaine de militaires du détachement de Nancy de l’OCLDI, de la S.R. de Reims, des GOS de Reims et de l’OCLDI et de l’antenne GIGN de Reims. Les unités territoriales ont également apporté leur renfort lors des gardes à vue.

Les perquisitions ont notamment permis de saisir des consoles GPS, de l’outillage agricole, des produits phytosanitaires et des téléphones portables. Les huit individus ont été déférés samedi 10 avril, mis en examen pour association de malfaiteurs et vols par effraction et en réunion, et placés en détention provisoire.