Enquêtes

Haute-Loire : interpellation de cinq individus soupçonnés d'une cinquantaine de vols de véhicules utilitaires

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© GGD43

Au terme d'un an et demi d'enquête, les gendarmes de Haute-Loire ont mis fin aux activités criminelles d'une équipe de malfaiteurs spécialisée dans le vol de véhicules utilitaires. Plus d'une cinquantaine de faits leur sont reprochés, pour un préjudice global dépassant le million d'euros.

Plus d'un million d'euros. C'est le montant du préjudice d'une cinquantaine de vols de véhicules utilitaires susceptibles d'être imputables à l'équipe criminelle interpellée le 2 mars dernier par les gendarmes de Haute-Loire.

Les véhicules dérobés étaient ensuite maquillés pour être revendus sur le territoire national, ou bien démontés afin d'être écoulés en pièces détachées en Europe de l’Est, avec la complicité de transporteurs roumains.

Trois départements touchés

C'est à l’automne 2019 que les militaires détectent le phénomène sur le territoire alti-ligérien, mais également dans les départements voisins du Rhône et de la Loire. Les vols d'utilitaires, de type camions plateaux, y sont en augmentation significative. Les malfaiteurs agissent de nuit, ciblant des collectivités ou des garages.

Une enquête préliminaire est diligentée par la Brigade de recherches (B.R.) d’Yssingeaux, sous la direction du parquet du tribunal judiciaire du Puy-en-Velay.

Mise en place d'un groupe d'enquête

Face à l’ampleur du phénomène, le Groupement de gendarmerie départementale (GGD) de la Haute-Loire met en place un groupe de travail composé de six enquêteurs.

Une information judiciaire est ouverte le 4 septembre 2020, pour vols, vols aggravés et participation à une association de malfaiteurs. La B.R. d’Yssingeaux se voit confier la poursuite de l'enquête sur commission rogatoire, avec l’appui de la Section de recherches (S.R.) de Clermont-Ferrand.

L'exploitation des traces et indices prélevés sur les scènes de crime, associée aux opérations de surveillance et à la recherche de renseignements permettent d’identifier un groupe criminel organisé et de cerner son architecture et son mode opératoire.

Composé de six malfaiteurs chevronnés, résidant sur les bassins stéphanois et lyonnais, le groupe est structuré en équipes à tiroir. Les recoupements et rapprochements effectués permettent de détecter une cinquantaine de faits susceptibles de lui être attribués. Le préjudice global s’élève à plus d’un million d’euros.

Vaste coup de filet : 200 gendarmes mobilisés

L'enquête étant arrivée à maturité, le GGD de la Haute Loire décide de procéder à l'interpellation des suspects. Une opération judiciaire d’envergure, mobilisant près de 200 gendarmes, est donc déclenchée le 2 mars dernier. Les militaires de la B.R. d’Yssingeaux et de la S.R. de Clermont-Ferrand reçoivent le renfort d'enquêteurs du GGD de la Haute Loire, de neuf Pelotons de surveillance et d’intervention de gendarmerie (PSIG) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, d’un hélicoptère de la Section aérienne gendarmerie (SAG) de Bron, de quatre chiens SAMBI (Stupéfiants, Armement, Munitions, Billets), de l’escadron de gendarmerie mobile d’Annecy et du Groupe interministériel de recherches (GIR) 63.

Cinq des individus identifiés sont appréhendés. Lors des perquisitions, les enquêteurs procèdent à la saisie de six véhicules, d’une valeur totale de 140 000 euros, de 100 cartouches de cigarettes, d'un calculateur, de deux pompes à chaleur, de quatre fusils et de 10 000 euros en numéraire.

Le 4 mars, à l’issue de leur garde à vue, quatre des cinq mis en cause ont été présentés au magistrat instructeur et mis en examen. L'un d'eux a été placé sous contrôle judiciaire et les trois autres incarcérés.