Enquêtes

Ille-et-Vilaine : un réseau de stupéfiants mis en déroute

Auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Tous droits réservés

Le 16 novembre dernier, les gendarmes de la Brigade de recherches (B.R.) de Rennes, dans le cadre d'une enquête préliminaire conduite par le parquet de Rennes, ont procédé à plusieurs interpellations en lien avec un important trafic de stupéfiants.

En juin 2021, des investigations menées par la Brigade de recherches (B.R.) de Rennes, dans le cadre d'un dossier concernant des faits de vol avec violence et de séquestration, ont permis de détecter l'existence d'un trafic de produits stupéfiants, et d’en identifier les principaux acteurs.

Le 16 novembre, une opération judiciaire regroupant 57 militaires du Groupement de gendarmerie départementale (GGD) d'Ille-et-Vilaine (brigade de recherches, unités territoriales, peloton de surveillance et d'intervention, groupe d'investigation cynophile) et du groupe stupéfiants départemental, ainsi que 12 réservistes opérationnels, a permis l’interpellation et le placement en garde à vue de huit individus (sept hommes et une femmes), âgés en moyenne de 35 ans (23 ans pour le plus jeune et 45 ans pour le plus âgé), dont quatre présentaient des antécédents judiciaires.

Cannabis, héroïne et armes de poing

Au cours des perquisitions, effectuées simultanément à Rennes et à Saint-Quentin, dans l’Aisne, avec l’appui des gendarmes du peloton de surveillance et d'intervention de Saint-Quentin, plus de 12 kilogrammes de cannabis, 336 grammes d'héroïne et des armes de poing ont été découverts. En outre, plus de 10 000 € en numéraire ont pu être saisis.

À la suite des gardes à vue, six personnes ont été présentées, le 19 novembre, devant le tribunal correctionnel de Rennes, selon la procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, pour répondre des infractions de trafic de produits stupéfiants, usage de produits stupéfiants, complicité d’offre ou cession de produits stupéfiants ou recel de trafic de produits stupéfiants.

Deux ont été condamnées à des peines de 30 et 36 mois d'emprisonnement, dont 12 assortis d’un sursis probatoire, et ont été incarcérées. Les quatre autres prévenus ont été condamnés à des peines allant de 12 mois, dont 6 mois assortis d'un sursis simple, à 18 mois d’emprisonnement, dont 6 mois assortis d’un sursis probatoire.

Par ailleurs, deux hommes ont été déférés à l'audience de comparution immédiate pour répondre des poursuites des chefs de trafic de stupéfiants et acquisition et détention d'armes de catégorie B et C. Sollicitant un délai pour préparer leur défense, ils ont été placés en détention provisoire dans l'attente de leur jugement, le 10 décembre 2021.

Enfin, des consommateurs identifiés ont fait l'objet de poursuites, et six compositions et trois ordonnances pénales ont été délivrées à leur encontre.