Enquêtes

Les gendarmes de l’Eure font tomber trafiquants et blanchisseurs

Auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Tous droits réservés

À la suite d’une enquête menée par la Section de recherches (S.R.) de Rouen, le Groupement de gendarmerie départementale (GGD) de l’Eure et le Groupe interministériel de recherches (GIR) de Rouen, quatre personnes ont été écrouées pour trafic de stupéfiants, et six autres mises en examen dans le « volet blanchiment ». 284 kilogrammes de cannabis, 600 pieds d’herbe de cannabis, des armes de guerre et plus de 2 millions d’euros en espèces ont été saisis.

Tout a commencé par un banal contrôle routier. En mai 2021, les motards du Peloton motorisé (P. Mo) de Courbépine (27) découvrent un fourgon transportant une importante quantité d’engrais destiné à la culture indoor de cannabis, ainsi que divers documents, dont une carte bancaire.

Les gendarmes du Groupement de gendarmerie départementale (GGD) de l’Eure débutent leurs investigations qui les conduisent assez rapidement dans trois communes de l’Eure (27) et de la Sarthe (72), où des sites quasi « industriels » de production de culture indoor d’herbe de cannabis sont découverts. Lors des perquisitions, 284 kilogrammes de cannabis, plus de 600 pieds d’herbe de cannabis, et une douzaine d’armes à feu (dont des armes de guerre) sont saisis.

Cinq personnes sont placées en garde à vue, et quatre écrouées. Face à l’ampleur du trafic, le parquet d’Évreux requiert l’ouverture d’une information judiciaire, confiée à un juge d’instruction du tribunal judiciaire local. Une cellule nationale d’enquête regroupant des enquêteurs de la S.R. de Rouen, à qui la direction d’enquête est confiée, du GGD de l’Eure et du GIR de Rouen est créée.

Blanchiment dans le monde de la finance

Après plusieurs mois d’investigations, les enquêteurs parviennent à identifier les auteurs présumés être à la tête du « volet blanchiment » du trafic de produits stupéfiants. Domiciliés principalement en région parisienne et évoluant pour certains dans le « monde de la finance », ces individus utilisaient diverses techniques de placements afin de blanchir, entre autres, l’argent de la drogue.

Le lundi 13 décembre 2021, une opération judiciaire de grande ampleur est déclenchée, avec le concours de nombreux gendarmes, dont des équipes cynophiles spécialisées dans la recherches de produits stupéfiants et de billets de banque. Huit personnes sont interpellées, en Normandie et en région parisienne. Au cours des perquisitions, notamment dans deux coffres de banque, les enquêteurs découvrent plus de deux millions d’euros en espèces. Cette somme d’argent a été saisie et aussitôt versée dans « les caisses de l’État », dans l’attente du jugement.

À l’issue de cette seconde phase d’enquête, six individus ont été présentés devant le magistrat instructeur près le tribunal judiciaire d’Évreux. Elles ont toutes été mises en examen : cinq d’entre elles font l’objet d’un placement en détention provisoire, et la sixième a été placée sous contrôle judiciaire.