Enquêtes

Loire-Atlantique : démantèlement d’un vaste trafic de drogue, 28 personnes interpellées

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© Gendarmerie de Loire Atlantique

Ce mardi 19 janvier, une opération d’envergure menée dans le secteur de Méan-Penhoët, à Saint-Nazaire, a permis de mettre un coup d’arrêt à l’activité de trafiquants de stupéfiants agissant en France mais aussi à l’étranger. 28 individus ont été interpellés grâce à la mobilisation d’environ 320 gendarmes.

 

C’est l’aboutissement d’un long travail d’enquête pour la communauté de brigades de Montoir-de-Bretagne et la brigade de recherches de Saint-Nazaire. Grâce aux nombreuses investigations menées durant plus d’un an, dans le cadre d’une commission rogatoire, les gendarmes ont pu mettre en évidence l’existence d’un trafic « d'une très grande ampleur », comme l'a souligné la procureure de Saint-Nazaire, Sylvie Canovas-Lagarde.

Les enquêteurs ont ainsi découvert que des transactions de quantités importantes d’héroïne, de cocaïne et de cannabis avaient lieu en France (Le Havre, Marseille et Toulouse), mais aussi à l’étranger (Espagne). Ces marchandises étaient ensuite revendues en différents points de l'agglomération de Saint-Nazaire, les trafiquants s'appuyant pour cela sur des étrangers en situation irrégulière faisant office de « petites mains ». Un réseau très structuré donc, qui a poursuivi son activité malgré les confinements !

Le 19 janvier dernier, tôt dans la matinée, une importante opération judiciaire a été déclenchée dans le département, mobilisant environ 320 militaires issus des différentes compagnies de Loire-Atlantique, de la Brigade départementale de renseignements et d'investigations judiciaires (BDRIJ), de l’antenne GIGN de Nantes, du Peloton spécialisé de protection de la gendarmerie (PSPG) de Chinon, d’escadrons de gendarmerie mobile et d’équipes cynophiles.

Un vrai bataillon qui a permis l’arrestation de 28 personnes, âgées de 16 à 46 ans, dont trois mineurs et plusieurs déjà défavorablement connues de la justice. Des perquisitions ont également été menées, conduisant, entre autres, à la saisie de plus de 80 000 €, de produits stupéfiants et d'armes.

Présentés, à l'issue de leur garde à vue, devant le tribunal judiciaire de Saint-Nazaire, 13 des individus ont été incarcérés, tandis que deux autres font l'objet d'un contrôle judiciaire en attendant leur jugement.