Enquêtes

Nord : démantèlement d’un vaste trafic de drogue digne d’un cartel mexicain

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Illustration
© GENDARMERIE/SIRPA/F.Balsamo

Le 8 janvier dernier, après avoir intercepté un go fast revenant d’Espagne, les gendarmes se sont déployés en nombre dans la commune de Raismes (59), pour mettre fin à l’activité des cadors du trafic. Ils ne sont pas repartis bredouilles puisqu’ils ont interpellé huit individus et saisi notamment 56 kilos de cannabis, 68 armes toute catégorie, ainsi que 120 000 euros d’avoirs criminels.

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les habitants de Raismes, commune de 12 000 âmes, située dans le Nord, ne sont pas habitués à autant d’agitation… Vendredi 8 janvier dernier, ils ont assisté à un spectacle digne d’un épisode de « Narcos » ! Dans l’après-midi, pas moins de 170 gendarmes ont été engagés dans le quartier de Vicoigne, tandis qu’un hélicoptère de la section aérienne d’Amiens survolait le secteur.

« Fast and furious » de l’autoroute A2 à Raismes

En réalité, les enquêteurs de la Section de recherches de Lille ont dû réagir vite, très vite ! Sous l’égide de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Lille, ils travaillaient déjà depuis plusieurs mois sur un important trafic de stupéfiants établi à Valenciennes et ayant des ramifications avec l’Espagne et les Pays-Bas.

La mise sous surveillance des suspects leur a permis d’anticiper le retour d’un « go fast » en provenance d’Espagne. Pris en filature par les groupes d’observation et de surveillance de Lille, Bordeaux et Poitiers, les trois véhicules du convoi ont pu être interceptés par les militaires du GIGN, le 8 janvier, en début d’après-midi, sur l’autoroute A2.

Cette première phase a été immédiatement suivie du déploiement d’un dispositif d’envergure, composé d’unités de la compagnie de Valenciennes, de six équipes cynophiles, dont une appartenant aux douanes, ainsi que de gendarmes mobiles issus des escadrons de Rosny-sous-Bois et Revigny-sur-Ornain. Un dispositif d’ampleur, certes, mais proportionnel à la dangerosité de ces trafiquants et ayant permis un véritable coup de filet !

Cannabis, armes de guerre et liquidités

Malgré la tentative de fuite de l’un des individus dans les bois, les huit suspects ont pu être interpellés. Par ailleurs, les perquisitions laissent entrevoir l’envergure du trafic : les gendarmes ont en effet retrouvé sur place près de 56 kilos d’herbe et de résine, ainsi que 400 pieds de cannabis, 68 armes de différents calibres, dont une trentaine d’armes de guerre, plusieurs milliers de munitions, dont 1 500 cartouches de Kalachnikov. Les enquêteurs ont également saisi 120 000 euros, dont 100 000 en liquidités sur place, le reste de l’argent dormant sur des comptes, ainsi que huit véhicules.

À l’issue des gardes à vue, les huit individus ont été présentés devant le juge d’instruction pour une mise en examen. Six d’entre eux ont été placés en détention provisoire, tandis que les deux autres font l’objet d’un contrôle judiciaire.