Enquêtes

Polynésie Française : la S.R. de Papeete et l’antenne OFAST démantèlent un réseau de trafiquants d’ice

Auteur : la lieutenante Floriane Hours - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Section de recherches de Papeete - Polynésie Française
Mercredi 3 mars, les gendarmes de la section de recherches (S.R.) et de la nouvelle antenne OFAST (Office anti-stupéfiant) de Papeete, appuyés par des unités d’intervention, ont arrêté six individus soupçonnés de trafic d’ice (une méthamphétamine particulièrement addictive), et intercepté une livraison maritime. Une belle prise et un pas supplémentaire dans la lutte contre le trafic de stupéfiants.

Après plus de six mois d’enquête et de nombreuses investigations techniques, les militaires de la section de recherches (S.R.) de Papeete et leurs camarades de la nouvelle antenne OFAST, appuyés de forces d’interventions, ont pu interpeller à leur domicile, mercredi 3 mars, six personnes suspectées de participation à un réseau de trafic de stupéfiants. Le même jour, en parallèle de ces arrestations, les gendarmes ont intercepté, dans un conteneur en provenance de Los Angeles, 1,5 kg d’ice dissimulé dans une enceinte.

Six mois d’enquête

Pour réussir ce coup de filet, le travail de la S.R. débute en octobre 2020, avec l’ouverture d’une enquête préliminaire. Après plusieurs mois d’investigations, dans la plus grande discrétion, les militaires arrivent à établir l’implication de quatre personnes : deux âgées d’une cinquantaine d'années et deux d’une trentaine d’années. Parmi eux, trois sont rapidement identifiés comme les responsables de cette opération. Après une première tentative d'importation de stupéfiants qui échoue, à la fin du dernier trimestre 2020, les suspects retentent le coup au début du mois de mars. Une nouvelle tentative qui va leur coûter cher.

Jusqu’à 10 ans d’emprisonnement

En plus de l’ice découvert dans le conteneur (d’une valeur de 3 millions d’euros selon le cours actuel de la revente en Polynésie), les militaires de la S.R. saisissent également diverses marchandises et un véhicule automobile.

Les quatre mis en cause, qui ont tous reconnu leur participation au trafic d’ice, ont été déférés devant le parquet, puis présentés au juge des libertés et de la détention, le 7 mars, en vue d’une détention provisoire. Ils devraient comparaître, le 22 avril, pour infraction à la législation sur les stupéfiants et association de malfaiteurs. En attendant leurs procès, ils ont été incarcérés à la maison d’arrêt de Nuutania.

Pour association de malfaiteurs et pour l’importation, l’acquisition et la détention de stupéfiants, ils encourent jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 7 500 000 € d'amende pénale.

Le trafic d’ice toujours présent

Cette nouvelle affaire de trafic de stupéfiants illustre parfaitement la problématique de l’ice sur le territoire polynésien. En effet, malgré la pandémie et la diminution de la desserte internationale, les malfaiteurs continuent toujours d’alimenter le marché local, sur lequel le prix de cette drogue addictive atteint des records (entre 2000 et 2500 € le gramme). La drogue venant principalement du territoire américain est transportée au fenua par divers vecteurs, généralement aériens. Pas cette fois-ci puisqu’il s’agissait d’une importation maritime, les malfaiteurs pensant à tort que seule la plateforme aéroportuaire de Faa’a était sous surveillance.

Pour la S.R. de Papeete et leurs camarades de l’antenne OFAST, il s’agit là d’un double coup, car au-delà des interpellations et de la saisie de produit, c’est la première fois que se produit une interception de méthamphétamine dans un conteneur en provenance des États-Unis sur le port de Papeete.

Un résultat encourageant pour la montée en puissance du dispositif local de lutte contre les trafics de stupéfiants, récemment renforcé par la création d’une Cellule de renseignement opérationnel sur les stupéfiants (CROSS) permanente et d’une antenne OFAST sous pilotage de la gendarmerie.